La Ligne 13

16 avril 2022

Entre deux tours

Ceci est un billet qui ne parle de rien, mais rien c'est déjà beaucoup*.
Entre deux tours, le printemps tourbillonne, part, revient,
hésite, ne sait plus très bien, lui non plus, où il en est. 
Sur mon mur aux oiseaux, je capte un hypothétique rayon comme un gage d'espoir
pour nos jours à venir. Les nôtres ne sont que conditionnés à cette fichue
météo qui ne fait que corroborer l'adage célèbre qui parle de fil et d'avril.**

IMG_4358 IMG_4160IMG_4337 IMG_4360IMG_4160 (2) IMG_4340

{à l'intérieur, on fait comme si le printemps était installé; les branches de prunus
ont été ramassées et non arrachées : un grand coup de vent s'en sera vraisemblablement chargé;
le calendrier dessiné par Delphine est un objet rare car il date de 2016 ! mais les jours
correspondant à ceux de 2022, pourquoi pas de pas l'afficher ? Les guimauves vegan d'une
petite entreprise nantaise sont parfaites avec le café}

Pour l'instant. Car on sait bien que ce qui se passe là-bas, vers l'est, aura
nécessairement des répercussions sur notre quotidien. Nous n'aurons pas
l'outrecuidance de râler plus fort qu'il n'est convenable : les images
terrifiantes et le témoignages glaçants se chargent de nous rappeler
notre bonne fortune d'être nés et/ou de vivre ici. 

IMG_4258

{derrière la statue de Jacques Tati en Mr Hulot, se dresse le fameux Hôtel de la plage,
où il passa d'inoubliables vacances}

Il y a eu cette embellie de mars, inattendue mais appréciée, qui nous a jetés

dans les vertes prairies et, personnellement, sur le sable si doux de ma chère
côte atlantique. Petit bonheur fugace et nostalgique que de saluer au
passage la silhouette un peu gauche de Monsieur Hulot dominant la plage
de Saint-Marc, et d'emprunter le chemin des douaniers, avec d'un côté 
la mer où déjà d'intrépides baigneurs s'aspergent en riant, de l'autre
l'alignement de belles villas encore somnolentes de leur hibernation.

IMG_4275 (2) IMG_4266

IMG_4267 

{à quelques kilomètres de La Baule, ne ratez jamais ce petit coin de littoral encore
à peu près préservé. L'Hôtel de la plage du célèbre film existe toujours, et l'on peut
y boire des cocktails le soir les pieds dans le sable}

Au jardin maternel, inventer des bouquets avec n'importe quoi qui, dans cet ancien
pot à beurre, deviennent quelque chose. Regarder les arbres, les compter, écrire
leur histoire, imaginer un système pour les identifier sans peine, et pourquoi pas
les ériger au rang d'arbres remarquables !

IMG_4295 IMG_4208IMG_4306 IMG_4296

De retour à Paris, où le soleil n'a visiblement pas réussi à se hisser,
le calendrier nous rappelle que Pâques arrive bientôt, avec son armée
de lapins prêts 
à en découdre avec les cloches et les oeufs qui
maintiennent difficilement leur avantage. 

 IMG_4529 IMG_4397 IMG_4396 IMG_4220IMG_4219 IMG_4537

{adorable présent signé Monique; délicieux petit livre découvert sur les réseaux sociaux :
Ressac raconte la retraite de 4 jours dans un monastère breton d'une jeune femme
qui souhaite s'affranchir de la trépidation de la vie urbaine... 
Mais aussi de son addiction à Instagram !

Les léporidés ayant quasiment assiégé l'appartement, en profiter pour s'autocritiquer
sur cette tendance puérile à l'envahir de représentations 
animales dans
beaucoup d'objets du quotidien - lampe-souris, lampe-lapin, lampe-canard,
serre-livres-chien, cale-porte écureuil, guirlande-oiseaux, etc. On aimerait bien
se laisser tenter par une déco sérieuse parfois, mais c'est tellement ennuyeux.

IMG_4518 IMG_4501IMG_4522 IMG_4500

{petit dîner avant Pâques, comme un entrainement; je raffole de ce lièvre très collet monté}

Organiser un petit dîner une semaine avant Pâques, parce que ce jour-là on
aura autre chose à faire, avec un menu plus que simple -tarte salée et
tiramisu- et distribuer quelques oeufs en chocolat au moment des tisanes,
puis s'amuser de voir ce qu'ont fait les gens des papiers dorés qui les
entouraient : ici un tortillon, là un papillon, là encore une bille parfaite.
Réaliser que cela leur ressemble un peu.

**Billet rédigé il y a trois jours et un peu oublié : le soleil, vexé de ce que
je me plaignais de son absence, ou pour se venger, est bien revenu !
Et c'est merveilleux.

* Serge Gainsbourg "les petits riens"

Posté par Triskell1 à 10:36 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


15 mars 2022

Puisque la vie continue


En italien, il porte un bien joli nom, le printemps... C'est la primavera,
et par ce simple mot nous parviennent les prémisses encore ténues d'une
onde de tiédeur et de réveils lumineux, des perspectives de journées 
qui vont s'étirant, voilà, juste quelques bribes de dolce vita
comme l'on sait la vivre à la façon transalpine.

IMG_3974 IMG_3891IMG_4040 IMG_3999

{le mimosa du jardin maternel; ma lecture du moment, un régal comme toujours avec cet auteur;
quelques tiges de prunus chapardées au cimetière; mars vu par l'artiste Guy Unterheiner}

Les dernières fleurs d'hiver tentent d'éveiller la maison encore ensommeillée.
Il y a du jaune, et aussi un peu de bleu. Ce sont les couleurs d'un drapeau
affligé que l'on voit beaucoup, partout, hélas. Un drapeau symbole qui
magnifie le bleu du ciel sur l'or des champs de blé. Un drapeau qu'on
aimerait tant voir devenir l'emblème même de la liberté.

IMG_3753 IMG_3620IMG_3712 IMG_3752IMG_3895 QVMY5771 (3)

{la sagesse du chat qui dort... Sur le mur noir, un paysage morvandiau qu'on est heureuse
d'avoir acquis tout en faisant une bonne action pour les chats de Cécile*
Gros gâteau au caramel et sucre brun, pour donner du goût à un dimanche un peu terne;
eau de Sézane, le parfum du moment}

Puisque la vie continue, que nous avons encore la chance infinie de la mener
à peu près paisiblement, sachons profiter de ce qui la rend plus belle et de
ce qui nous est offert. Un jour de pluie à Paris, un jour bien gris où l'on
a l'impression que la ville entière est crayonnée au fusain, il y aura
toujours un musée pour accueillir notre bouderie.

IMG_4062

Fidèle aux rétrospectives mettant en scène les peintres scandinaves
- Carl Larsson, 
Anders Zorn et plus récemment l'âge d'or de la peinture
danoise*- le Petit Palais expose 
actuellement les oeuvres
d'Albert Edelfelt, un artiste finlandais à découvrir absolument.  

 IMG_7259 (3) IMG_4074 IMG_4067 IMG_4097

 {avec ou sans exposition temporaire, le Petit Palais vaut à lui seul le déplacement}

Contemporain de tous ces artistes venus du nord tangiblement attirés
par la peinture française et le courant impressionnisme, il évolue cependant
vers d'autres voies, dont celle du pleinairisme, qui le rapproche de la nature
et d'une certaine lumière propre à la magie des climats scandinaves.

IMG_4079

IMG_4084

{"Femmes à l'extérieur de l'église au Ruokolahti"; "Fillette tricotant des chaussettes"}

On ne peut que noter dans ses scènes campagnardes une similitude avec celles
brossées par Anders Zorn : la rusticité colorée des vêtements, la robustesse
des jeunes paysannes, la prédominance d'une forêt dense et sombre.

IMG_4069 IMG_4081

{"Service divin au bord de la mer" et "les constructeurs de bateaux" (extraits}

Je me suis particulièrement laissée séduire par ses portraits d'enfants.
Leur blondeur absolue illumine les scènes les plus rudes, ils sont peu
souriants, leur courte vie nous semble déjà lourde de charges, ce sont
de petits adultes avant l'heure. Ici, nous sommes loin des atmosphères 
douillettes et pimpantes chères à Carl Larsson.

IMG_4080

 {"Soir d'été à Hammars Werft" (extrait}

IMG_4066 (2) IMG_4069 (2)

{portrait de sa soeur Berta; zoom sur la fillette du tableau précédent}

Si le nom d'Albert Edelfelt vous était inconnu jusque-là (tout comme à moi)
vous vous souviendrez forcément de son oeuvre la plus célèbre, car elle a
illustré les livres d'histoire pour des générations d'écoliers : le portrait 
de
Louis Pasteur, éprouvette en main dans le clair-obscur de son laboratoire.

IMG_4071 IMG_4072

{deux interprétations, deux styles très proches : Pasteur par Albert Edelfelt;
Pasteur et sa petite-fille, Camille Valery-Radot, par Léon Bonnat}

IMG_4070

Inexorablement, l'histoire de la Finlande qui acquit durement son indépendance
face à l'impérialisme russe nous relie à la navrante actualité. Nous apprenons
qu'ALbert Edelfelt 
fut un patriote accompli et un défenseur acharné
pour la liberté de son pays. 

IMG_4083

{The boys workhouse}

Une fois rentrée, il y eut le rituel des cartes au dos desquelles on a tenté
de faire partager son émotion, en choisissant ses mots pour susciter
un enthousiasme sans frustration. Et comme on était vraiment très emballée,
on a craqué pour l'affiche, petit rectangle de lumière azuréenne suspendue
aux voliges de la cuisine, prête à accueillir le printemps. 

IMG_4108 IMG_4102

Pour mémoire, quelques billets sur mes visites aux artistes scandinaves

Anders Zorn
Wilhelm Hammershoi
L'âge d'or de la peinture danoise
Peder Severin Kroye

Et aussi, un joli compte Instagram si vous aimez la campagne, la déco
et surtout les chats !

Cécile

Posté par Triskell1 à 18:44 - - Commentaires [34] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 février 2022

J'aime bien recevoir

J'aime bien recevoir car cela mobilise ma pensée et mon planning
au moins une semaine avant la soirée. J'aime bien recevoir
car ce sont les seuls moments où je me mets vraiment "en cuisine".
J'aime bien recevoir parce que la perspective d'un moment joyeux
autour d'une table peut rendre plus légers les moments affectés.

IMG_6815

Avouons-le tout net : je ne suis pas du genre bonne franquette, 
ceci n'étant pas dû à un snobisme déplacé, mais à la frayeur de
n'être jamais à la hauteur de quoi que ce soit.

IMG_7191

{huit à table ce jour-là : un record compte-tenu du nombre de m2 dont je dispose}

Quelques minutes avant le premier coup de sonnette, je ressens le trac
d'une montée sur les planches un soir de première. Ce sont pourtant
tous des amis, de la famille, des gens que je connais, mais à chaque fois
c'est la peur de décevoir, de rater un plat, de n'avoir pas prévu la boisson
de celui ou celle qui ne consomme pas d'alcool, d'avoir oublié de changer
la savonnette, d'avoir fait une déco médiocre...D'ailleurs j'ai cessé d'aller
sur Pinterest me faire du mal en admirant les clichés insensés sur ce thème.

IMG_1692 IMG_9978IMG_0143 IMG_1693

{un peu de neuf, beaucoup d'ancien, mélange de brocante familiale et de chines éparses...}

Je cherche ce qui pourrait faire joli, ce qui mettrait en appétit, ce qui
serait drôle, insolite, gai voire exentrique. Ce goût de la mise en scène
inhérant à mon ancien métier semble être resté intact.
Le tout avec un budget limité.

IMG_9249 IMG_3205IMG_0815 IMG_7970

{la nappe est en fait un plaid réversible acheté en solde chez AMPM; pâtisserie Pouchkine}

Rien à voir avec les "dîners en ville" où l'on fait se rencontrer des relations
dont l'éclectisme risque de ne pas passer le stade de l'apéro, mais plutôt
de simples envies de se voir dans une intimité propice aux confidences,
bien que les occasions se firent plus rares ces cerniers mois.

IMG_5069 20160524_194619 (3)IMG_4088 P1180278 (2)

{la photographie culinaire est un art en soi, et je n'ai ni l'appareil ni les outils
nécessaires pour y prétendre. Les plats sucrés s'en sortent mieux : ici un tiramisu
en verrines, et une aumonière aux pommes et crème Calva}

  C'est aussi l'occasion de cuisiner, chose que je ne fais pas au quotidien,
si l'on excepte ces pulsions souvent dominicales de gros gâteaux, lesquels
finissent invariablement découpés en tranches dans le congélateur,
faute d'amateurs sous la main.

IMG_6276 IMG_6884 (2)IMG_5070 IMG_9485

 {nappe brodée Monoprix; nappe en lin MDM; vaisselle La Redoute Intérieurs, Casa,
Rêve d'Argile, couverts en argent de famille}

Une bonne semaine avant, donc, on se met en ordre de marche : les livres
de recettes 
sont entassés sur la table, le classeur où l'on range
les fiches découpées 
également, et je ne parle pas d'Internet avec
ses innombrables idées gourmandes, méthodiquement enregistrées
et 
répertoriées dans mes favoris. 

IMG_3006 IMG_9999IMG_9354 IMG_3013

{table de printemps, on passe au green, on fait son pain, et on se délecte des recettes
d'Héloïse Brion : ici, tarte rustique aux courgettes et truffe blanche}

Je punaise au mur de la cuisine côté volliges une feuille A4 où sont notées
toutes les étapes de la soirée du siècle. La plupart des courses ont été faites
la veille, heureusement. Il me reste à m'interroger sur la question cruciale
qui est de commencer par la préparation du curry aux pois chiches et pousses
d'épinard, 
ou du tiramisu aux speculoos.

IMG_1052 IMG_3680

{le très beau livre de Marie-Paule Faure, elle-même une très belle personne;
gribouillis pour ne rien oublier}

Une soirée, c'est une journée entière d'enfermement en cuisine.
Ma phobie du désordre, à moins que ce ne soit l'exiguité de mon terrain d'action,
fait que je lave et range tout ustensile au fur et à mesure de son utilisation.
N'excluant pas la possibilité d'un ratage, il est nécessaire de prévoir un plan B, 
la plupart du temps sous forme de pâtes aux légumes, lesquelles, magnifiées par
un trait d'huile d'olive parfumée et une giboulée de parmesan, s'avèrent
finalement tout à fait à la hauteur.

IMG_4065

Car il y en a eu de sublimes ratés, comme ces tartelettes au haddock
et au munster, terriblement salées et au fumet suspect, ces jeunes carottes
miellées rôties au four, ressorties trop tard à l'état de bâtonnets calcinés,
cette charlotte bancale au démoulé, et totalement avachie le temps d'arriver
sur la table, mais divine au goût!(ben non, pas de photo évidemment !)

IMG_5135 IMG_2859IMG_2828 IMG_2813IMG_5133 IMG_2828

{au jardin maternel, ouvert à toutes les fantaisies : herbes aromatiques, fleurs comestibles,
ou décoratives... Service décor naïf Atelier les Hurets; assiettes de cantine, verres dépareillés}

 Tout me semble tellement plus facile lorsque je suis chez ma mère !
Il y a de l'espace où l'on peut tournoyer sans se cogner aux meubles,
un grand jardin propice aux déjeuners (presque) sur l'herbe, l'excitation
de ressortir les draps de chanvre usés, ravaudés (mais encore monogrammés!)
des 
arrière-grands-parents en guise de nappe, ainsi que leur
modeste vaisselle, de cueillir, 
glaner ce qui tombe sous la main 
pour animer la table.
 

  IMG_0472 IMG_0419  IMG_0462 IMG_2846IMG_2826 IMG_1038

{en détaillant ces photos, une constatation s'impose : je suis la reine des tartes;
j'adore ces petits contenants en forme de coquilles d'oeuf, qui remplacent avantageusement
les verrines au moment de l'apéritif}

Après m'être livrée de façon aussi intime, je serais curieuse de savoir,
juste comme ça, comment vous faites, vous, lorsqu'une invitation se profile... 

IMG_3341 IMG_9663IMG_6826 IMG_3560

{j'adore relire de temps en temps ce vieux grimoire des bonnes manières, instructif et amusant,
surtout concernant le protocole des plans de table : mais il est très rare que je reçoive
en même temps un Général, un évêque, une comtesse et un ministre. Oui, vraiment très rare...}

Je profite de ce billet "ouvert" pour vous remercier, gentilles et fidèles
lectrices* de mes élucubrations parfois un peu décousues. Vos passages
et commentaires sont un vrai support, une main tendue, un sourire qui,
dans des journées parfois sans lumière, m'apportent l'étincelle, 
et me donnent l'élan pour continuer.

*Je n'oublie pas dans ma reconnaissance un gentil et fidèle lecteur,
qui a eu la délicatesse de donner à son blog la couleur de mes yeux
(certes un hasard... merci, il ne fallait pas) 
et qui se reconnaitra. Lisez son dernier billet consacré à Marcel Proust,
une passion pour lui que je ne partage pas mais qui pourrait finir par me
convaincre. Il est superbe, photos et texte. Je sais à quel point la
rédaction d'un billet digne de ce nom peut exiger de temps et d'énergie,
combien il engendre d'hésitations, de découragement, de crainte
et d'appréhensions. Mais restons honnêtes, c'est aussi un vrai plaisir.
A partager.
Comme un bon repas.

 

Posté par Triskell1 à 08:18 - - Commentaires [49] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15 janvier 2022

Résolutions

Voici mon premier billet de l'année nouvelle. Un peu tardif, j'en conviens.
Noël et Saint-Sylvestre ont replié leurs ailes étincelantes pour un long
sommeil de quatre saisons, les Rois Mages sont passés, repassés, repartis.
De leur visite ne subsiste qu'une couronne de carton dorée, l'aspirateur
ayant depuis longtemps gloutonnement avalé les dernières étoiles de
feuilletage sur le tapis du salon.

Monique II IMG_3243IMG_2512 Martine II

{pannetone bien dodu et carrot cake artisanal, mais néanmoins délicieux, parce qu'il faut bien
résiter au frimas ! cadeaux emballés, cadeaux déballés, qui vous emballent et vous émeuvent : 
Merci
Martine, merci Monique...}

Colette comparait les douze mois de l'année à une route ondulée, 
"un ruban déroulé qui, depuis janvier, montait vers le printemps, montait,
montait vers l'été pour s'y épanouir en calme plaine, en pré brûlant coupé
d'ombres bleues, taché de géraniums éblouissants, puis descendait vers
un automne odorant, brumeux, fleurant le marécage, le fruit mûr
et le gibier, puis s'enfonçait vers un univers sec, sonore, miroitant
d'étangs gelés, de neige rose sous le soleil..."

IMG_3181 IMG_3439IMG_3470 IMG_2430

{afin d'être en accord avec mes convictions, j'ai tenté la galette vegan, sans oeufs ni beurre...
Comment dire ? J'aurais aimé l'aimer, mais ce ne fut pas le cas, dommage pour cet établissement
qualifié de cruelty free, qui propose par ailleurs de merveilleux pains au levain;
fleuriste l'Arbre, minuscule antre où l'on adore se réfugier l'hiver, et où règne
une débauche végétale à se damner}

Comme elle me plait, cette métaphore du ruban sans fin, glissant, s'enroulant
et se déroulant au fil de nos jours. Seul le génie d'une auteure comme
Madame Colette peut nous y faire adhérer sans ambages.

IMG_3250 Sylvie IVSylvie II MoniqueBarby II IMG_3287

{... Merci Sylvie et Barby...}

Mais revenons à l'actualité : janvier, mois du blanc. Pour chasser
les idées noires ? Les résolutions, bonnes ou mauvaises, sont prises. Avant, 
je les consignais dans un petit carnet, pour l'amusement de le rouvrir 
- si toutefois je pouvais remettre la main dessus - et constater ce qui
avait été fait. Ou pas.
En 2022, j'en aurais au moins accompli une, procrastinée depuis longtemps
par faiblesse ou négligence, celle de supprimer une grande partie de mes
abonnements au réseau Instagram.

IMG_3281 IMG_3409IMG_3413 IMG_3282

{une belle table pour le réveillon, c'est déjà une promesse de saveurs...
la noix n'est là que pour faire joli, le menu fut moins frugal !
Bruyères aux longs calices rose poudré : c'est bon de retrouver les teintes pastel
après les débauches de rouges et d'ors ! }

Parce que voilà. Je n'en peux plus des autosatisfactions proférées à l'infini
sur les "feeds", des confidences étalées au grand jour, de ce qui devrait
relever de l'intimité familiale ou amoureuse, et qui se dénude sans la moindre
pudeur, de ces familles Ricoré aux enfants si brillants qu'il faudrait carrément
les admirer avec des lunettes de soleil, de ces maisons laquées et monochromes,
de ces faux bons tuyaux sponsorisés par une marque quelconque, de ces ongles
vernis saupoudrés du sable beige d'une plage de Bali, de ces légendes
inconsistantes, ces commentaires insipides à l'orthographe surréaliste,
ces volées de coeurs, de faces de lunes jaunes hilares ou épouvantées,
bref, je pourrais en ajouter à l'envi... On se sent vite minable, terne,
médiocre, voire raté. On se demande ce qui cloche. En fait, rien.

IMG_3173 Sandrine II

{... Merci Sandrine...}

Marie a publié, le premier jour de cette année, un billet magnifique
que je me récite comme un mantra, accrochée à ses mots si justes, si sincères,
si adultes, car finalement, une fois ma colère passée, je me dis que ces
pseudo échanges par le truchement de petits carrés qui, malgré ce que laisse
supposer le réseau qui les porte, n'ont rien d'instantané mais au contraire
sont le fruit d'une mise en scène très travaillée*, relèvent d'un défi un peu
puéril de femmes faites qui jouent aux petites filles gâtées.

IMG_3480 IMG_3488

{... Et merci Marie-Noëlle !}

Je resterai néanmoins fidèle à quelques comptes qui m'émeuvent, me distraient,
me revigorent, car on a tellement besoin d'inutile et, pourquoi pas, de frivole,
- particulièrement en ce moment, du moment que c'est joli et que ça fait plaisir.
Au début, je voulais publier un billet sans photos, en noir et blanc,
comme mon humeur, et puis je me suis dit que c'était quand même dommage
de ne pas vous offrir des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches,
complétées par quelques gourmandises panseuses de bien des maux.

IMG_3381 IMG_3370

 Ah, j'oubliais. Sur le fil, soit le dernier jour, je suis allée à Vaux le Vicomte
admirer le talent des scénaristes qui officient chaque année pour conférer aux
pièces d'apparat du château un peu de magie de Noël. On connait l'amitié
qui liait Nicolas Fouquet, propriétaire du domaine (bien mal lui en a pris...)
à Jean de la Fontaine, et pour célébrer les 400 ans de la naissance
de ce dernier, le thème développé fut bien sûr celui des fables.
Merveilles que ces fables !

IMG_3369 IMG_3387  IMG_3386 IMG_3404  

{les photos ne sont hélas pas bonnes du tout, le manque de lumière et la simplicité de mon téléphone
ne me permettant pas de vous offrir ce qui fut si beau à l'oeil}

Inspiré ou non par Esope, M. de la Fontaine est un génie, et son étude
de la nature humaine, à peine dissimulée sous le pelage et le plumage
de ses héros, est d'une clairvoyance et d'une précision remarquables.
A celles ânonnées à un âge beaucoup trop précoce, s'ajoutent des perles
comme "Le cerf se voyant dans l'eau" ou "le cygne et l'oison". Se souvenir
qu'on a deux ou trois fabliers dans sa bibliothèque et vite les rechercher.

IMG_3394

{Le corbeau et le renard est une oeuvre entièrement réalisée... En chocolat !}

Si janvier a l'outrecuidance d'aligner 31 jours, février aura la modestie
de n'en compter que 28, afin que hop ! on passe vite à Mars et ses
promesses de printemps. En attendant, je ne saurais jamais assez vous remercier
pour votre fidélité, 
vos jolis mots, nos échanges qui vont parfois au-delà.
La Ligne 13 fêtera 
le mois prochain ses 10 ans. 10 ans de petites histoires,
de paysages, de découvertes, 
de lectures, d'émotions, d'impatiences, de pluies
et de soleils. Ce blog ne se prend pas au sérieux, 
il n'aborde pas, ou si
rarement, de sujets brûlants ni ne traite d'une quelconque 
actualité génératrice
de conflits, je le veux léger, je m'attache à ce que sa 
lecture
soit facile, le temps d'une pause, d'un thé ou d'un café volé aux 
emplois
du temps parfois trop serrés,qu'on ait ou pas une activité 
professionnelle.
Comme une simple boucle dans le ruban des jours. 

IMG_2428 (2) IMG_3508IMG_3512 IMG_3418

{ma passion pour les jolies cartes n'a pu être assouvie que grâce à vous; je ne vous apprendrai
rien si je vous dis que la plupart des gens communiquent essentiellement par mail ou sms,
toutes générations confondues; c'est vous dire si je suis ravie de constater de partager
cela aussi avec vous !}

Quelques adresses que j'aime bien :

Land and Monkeys : boulangerie pâtisserie vegan. Allez-y pour leurs pains, leurs kougloffs,
leurs sandwiches et leurs tartes salées. Tentez la galette si vous êtes courageux,
mais nous, on n'a pas du tout adhéré !

L'Arbre : Toujours de superbes fleurs à tous les prix dans un quartier de rêve

Boya : Encore des fleurs, dans le même quartier, c'est plus épuré, plus japonisant, mais ravissant

Vaux le vicomte : Beau toute l'année (il faut juste attendre le printemps)!

 

* Je peux confesser sans rougir que les photos de mon blog sont souvent,
sauf celles de l'extérieur, plus ou moins scénarisées, mais qu'au moins
elles ont une raison d'être, celle d'égayer votre lecture !

 

 

 

Posté par Triskell1 à 08:00 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

21 décembre 2021

Comme un conte de Noël

Cette année, j'ai décidé de croire au Père Noël. Sans doute
dois-je ce sursaut d'angélisme au contexte actuel. Lorsqu'on avance
dans le brouillard, la moindre petite lumière, fut-elle artificielle,
vous semble être celle de l'espoir et du réconfort.

 IMG_2767 IMG_2748 IMG_2743 IMG_2801IMG_2802 IMG_2846

{A Riquewihr, au fil des ruelles, on a tout simplement l'impression de feuilleter
un album de contes pour enfants sages...}

Les lutins, les rennes, les bonnets rouges à pompon, les cannes de sucre
d'orge et tout ce qui fait le decorum outrageusement kitsch de Noël, 
j'étais sûre de les trouver en Alsace.

 IMG_2877 IMG_2780 IMG_2827 IMG_2847

La nuit venait de tomber sur Riquewihr à notre arrivée tardive, le GPS
ayant décidé, suite à une encombrement jugé par lui-même d'apocalyptique
sur l'A4, de nous faire emprunter des chemins vermicelles ourlés de congères
à travers la forêt vosgienne où chaque arbre nous semblait receler une horde
de moufl
ons et de sangliers prêts à se jeter sur le capot de la voiture.

IMG_2686 IMG_2759IMG_2698 IMG_2695

Après l'installation dans un confortable hôtel encore un peu dans son jus,
avec une suite sous les toits découverte au terme d'une véritable escalade
de marches en spirales que nous avons achevée à quatre pattes tant elles
étaient hautes et serrées, direction le premier restaurant encore ouvert venu.

IMG_2735 IMG_2816IMG_2775 IMG_2877IMG_2955 IMG_2799

{Détail de l'armoire de notre hôtel à Riquewihr; Riquewihr au petit matin, encore calme;
détail du restaurant Le caveau d'Eguisheim : j'adore ces chaises ! Un gîte à louer :
peut-être une prochaine fois ?}

Note aux végétariens, végétaliens et autres vegans : passez votre chemin,
vous ne trouverez rien ici pour vous sustenter, à part quelques mannele
 
en pain d'épices, mais à la longue cela risque d'être un peu écoeurant.

L'Alsace partage avec la Bretagne le record de l'assassinat de
petits cochons qui se retrouvent dans votre assiette sous forme de lardons, 
jarret, saucisses, palette, etc. Ce fut donc très compliqué pour nous 
de se nourrir, et nous avons absorbé des flammeküche au Munster pendant
quatre jours, sauvées par notre adoration pour ce fromage (Marie-Noëlle,
saute ce paragraphe ;-)

IMG_2888

{joli emblème d'un hôtel d'Eguisheim.Des tags comme celui-ci, je suis pour...}

Riquewihr, Kaysersberg, Eguisheim, Turkheim, ces villes à consonance germanique
nous rappellent qu'elles furent parfois allemandes. Le délicieux et célébrissime
illustrateur Jean-Jacques Waltz, né à Colmar, plus connu sous le nom de Hansi,
fut un ardent défenseur de l'identité française, et son œuvre ne se résume
pas aux jolies alsaciennes à coiffe papillon portant une poterie vernissée
surmontée d'un kouglof. Les divines aquarelles réalisées dans sa maturité
en sont d'ailleurs la preuve. Nous aurons l'occasion de découvrir son histoire
dans le musée qui lui est consacré, rue des Têtes, dans sa ville natale.

IMG_3102 IMG_2981IMG_2971 IMG_2982

 {Ne pas se laisser impressionner ou décourager par le côté Eurodisney de la boutique
du musée Hansi : monter plutôt à l'étage admirer ses subtiles aquarelles !}

IMG_2860 IMG_2868 (2)IMG_2778 IMG_2768

 {Entre deux magasins de cigognes en peluche, tomber sur de ravissantes brocantes !}

Mes goûts en général se portent vers les teintes sourdes, mais ici,
foin de déclinaisons de blancs, bis, beiges, si chics, rehaussés

par la pointe de vert qui va bien. La couleur est dominante, insolente,
et malgré moi 
j'emmagasine ces bleus vifs, verts mousse, jaunes safran,
rouges 
géranium et violets ardents qui illuminent les façades pour
m'en fabriquer de jolis souvenirs de retour à Paris.

IMG_2904 IMG_2914IMG_3051 (2) IMG_2934

A Eguisheim, chaque demeure de la rue des Remparts s'orne d'une crèche,
un peu bricolée, humble ou fantaisiste, et l'on s'amuse à les compter.

IMG_2911 IMG_3053IMG_3107 IMG_3024

Colmar, c'est déjà la grande ville, mais nous réduirons notre périmètre autour
du quartier ancien. La fameuse Petite Venise découverte tôt le matin invite
à la rêverie, tandis qu'une force irrésistible nous incite à pousser la porte
des salons de thé, ou repérer un superbe restaurant où il doit faire bon
de dîner les soirs d'été au bord de la Lauch.

IMG_3039 IMG_3049

{Les restaurants du bord de l'eau à Colmar} 

IMG_3036

{Un thé de Noël pour moi s'il vous plait. Accompagné d'un bredele aux épices...}

Il reste encore sur l'album quelques pages à tourner. Celles parfumées
à la cannelle, celles qui exhalent ces effluves un peu doucereuces de
pâte d'amande et d'épices poivrées, celles qu'on tourne les doigts 
poisseux de christstollen. 
Si la plupart des maisons ici ressemblent 
à celle de la sorcière d'Hansel et Gretel, ce n'est pas 
pour rien !
Il existe sans doute mille recettes de kouglofs, transmises 
de mère
en fille. A défaut de racines alsaciennes, on se rabat 
sur celle
déchiffrée sur une adorable carte signée Guy Untereiner.

IMG_2969 IMG_3124IMG_3123 IMG_3180

{Hansi, Guy Untereiner, deux grands noms au service de l'imagerie alsacienne}

Voilà. Je referme l'album de contes de Noël. Je sens chez vous, si toutefois
vous êtes parvenus au terme de ce billet, une légère indigestion de façades
à colombages et d'oursons perchés. Je ne vous en voudrai pas, et pour preuve,
je vous souhaite de bien jolies fêtes. 

Posté par Triskell1 à 18:39 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


20 novembre 2021

Les derniers ors

Il arrive, ce moment de l'année où tout semble sombrer. La lumière, le moral,
les projets, et conséquence  de tout ceci, les envies. S'en créer serait
la solution, encore faut-il en avoir... envie. Et puis la vie qui va et se joue
parfois des contingences du calendrier vous offre avant les "fêtes" communes
à tous, du moins dans nos civilisations, de jolies occasions de l'aimer
et d'être heureux d'accueillir chaque matin comme un cadeau.

IMG_2034

D'abord le retour au "pays". L'âme de mes aïeux y fait des rêves de granit brut
 et de landes de bruyères. Les honorer d'une potée de chrysanthèmes jaune d'or
dans le petit cimetière émouvant de simplicité, puis se promener dans le village
encore calme, déguster une "Brocéliande" au beurre frais, admirer le château
sur les hauteurs, se faufiler dans les ruelles silencieuses, et revenir 
le coffre chargé d'impressionnantes têtes d'hortensias aux teintes baroques.

IMG_1786 IMG_1782IMG_1781 IMG_1793IMG_1834 (2) IMG_1783IMG_1816 IMG_1825

{Rochefort en Terre... For ever...}

La venue de Miss Bouclette à Paris est toujours un petit événement. Le quotidien
s'en trouve très vite transfiguré. On va applaudir les talentueux "Pirates"
au Casino de Paris, on cède sur le pot de pop corn au cinéma, on s'enivre
de manèges et on se gave de churros au Jardin d'Acclimatation, on joue
au Petit Bac, fous-rires garantis (animal commençant par la lettre L :
"laraignée"...)on fait atelier "pots de yaourt transformés en photophores",
et on partage la magie de Noël déjà installée dans les Grands Magasins.

IMG_2055 IMG_2065 (2)IMG_2063 (2) IMG_2035

{au Jardin d'acclimatation, baroud d'honneur des ors et des pourpres;
une jolie biquette un peu timide; un cornet de churros... à partager !}

IMG_1936 IMG_1953IMG_2096 IMG_1924

{au Bon Marché, où tout est tentation, Suzanne s'amuse et s'émerveille}

Puis vient le temps de l'amitié. Un rendez-vous bien calé de longue date
dans l'agenda, doigts croisés pour que rien ne vienne contrarier le projet.
Sa maison bleue n'est pas accrochée à la colline, on n'y vient pas à pied
(ça fait long depuis Paris...), on ne frappe pas mais je ne crois pas
que celle qui vit là ait eu l'étourderie de jeter la clé.

IMG_2225

{la chaumière bleue}

Lorsque je vais chez Elle, c'est un peu comme si je franchissais la Manche,
sans ferry ni Eurostar. Son univers est un petit bout d'Angleterre à lui seul,
un peu caché au creux de la campagne normande. Dans sa chaumière au charme
intemporel, on boit du thé et on mange du carrot cake. Jusqu'à son village
qui lui aussi semble avoir servi de décor pour un épisode de Barnaby.

IMG_2131

IMG_2219 IMG_2212IMG_2133 IMG_2175

{la chaumière bleue : petits détails intérieurs; l'ancien baptistère du village;
et quelques fleurettes frondeuses dans un joli jardin}

IMG_2222

On y est merveilleusement reçu, dans un cadre qui concilie chaleur, simplicité
et raffinement. Pour se dégourdir après le déjeuner, et parce que la nuit 
tombe
si vite, l'idée d'une promenade le long des boucles de la Seine est adoptée.

IMG_2177 IMG_2179

{soir d'automne à La Bouille}

Nous voici donc à la découverte de La Bouille, un drôle de nom pour une très
jolie petite ville, qui mérite mieux qu'une visite éclair un soir de novembre.
Patrie d'Hector Malot, elle fut aussi source d'inspiration pour Turner,
Sisley et Gauguin. Y revenir à la belle saison, oui, et traverser le fleuve
en empruntant le bac, pour admirer, de l'autre côté, l'abbaye de Jumièges
et les jardins de celle de Saint-Georges de Boscherville.

IMG_2180

{le quai Hector Malot à La Bouille}

Le lendemain, on reprend la route, il fait très beau, très frais, on a accumulé
quelques calories avec la brioche du petit déjeuner, et les pulls sous le manteau.
Une centaine de kilomètres plus loin, vers l'ouest, on est toujours en Normandie,
celle où 
les villes ont des noms de fromages : Livarot, Camembert et Pont-Lévêque.

IMG_2266 IMG_2274IMG_2278 IMG_2275IMG_2250 (2) IMG_2237 (3)IMG_2233 IMG_2276

{encore plus secrète que la précédente, cette chaumière s'est transformée pour trois jours
en boutique éphémère; le carrot cake et la linzertorte sont sortis au jardin; les cafetières
de céramique et les arrosoirs en zinc au garde à vous}

Après avoir garé la voiture dans un champ fortement boueux, on marche
sur la petite route étoilée de bouses de vache jusqu'à une autre
chaumière où là encore le bleu domine. Dans la grange attenante, quatre
"Mères Noël" ont déversé le contenu de leur hotte. On y découvre de belles
céramiques d'un blanc crémeux, du thé aux mille parfums, d'oniriques
miniatures en fil, du linge de maison et des bougies qui sentent le feu
de bois, le pain d'épices, le sapin et la mandarine. 
 

IMG_2271

C'est une petite vente entre blogueuses et instagrameuses (pourquoi suis-je
obligée d'utiliser des mots à la consonnance aussi laide ? J'ai beau chercher,
manifestement il n'en existe pas d'autres)qui annonce Noël.

 IMG_2257 IMG_2272 (2)

{sonates d'automne...}

Une fois rentrée chez soi, on s'organise. Les hortensias bretons vont
doucement sécher. Les quelques achats normands iront dormir sur une étagère
dédiée avant que je ne statue sur leur sort (offrir ? garder ?). La blouse
à motifs champignons va reprendre du service. Et cette belle dame un peu
austère nouvellement mise au mur va surveiller tout ce petit monde.

IMG_2309 IMG_2303IMG_2302 (2) IMG_2324

Il est temps aussi de faire le point sur la réserve de cartes : Noël, vœux,
quelques anniversaires tardifs. Je fais partie de ces dinosaures qui prennent
la peine (honnêtement, en est-ce une ?)de choisir cartes et timbres,
de les rédiger, de les poster. 
Effort surhumain ou fantaisie vieillotte
pour certains. 
M'en fiche Peu me chaut.

SBCH7725 (2) IMG_2310IMG_2323 IMG_1843

 {les hortensias de Quénelet ont pris cette année des couleurs extraordinaires}

Les derniers ors que nous offre la nature vont bientôt céder la place aux
lumières des fêtes. Dans les grandes métropoles comme dans les plus petits
villages, la valse des guirlandes est ouverte, leurs lucioles accrochent
nos regards qui, quoi qu'ils s'en défendent, ne sont pas si blasés.
C'est à chaque fois la même émotion un peu puérile, à chaque fois
la réminiscence de ces vers de Rimbaud que je trouve si touchants...

J'ai tendu des cordes de clocher à clocher ; des guirlandes de fenêtre 
à fenêtre ; des chaînes d'or d'étoile à étoile, et je danse.

Et si vous cherchez quelques idées de cadeaux, voici les coordonnées
des talentueuses Mère Noël : 

Astrid Lecornu petits objets charmants en fil

Sanskriti thés parfumés

Mo superbes céramiques pour les jolies tables

Sylvie  notre hôtesse, qui propose aussi une suggestion
de cadeaux très sélectionnés

Posté par Triskell1 à 06:15 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

14 octobre 2021

Vrac d'automne

Lorsque l'automne arrive, il est rare que son entrée soit fracassante.
Il reste encore quelques rayons accrochés à ses nuages.
La passation des pouvoirs avec l'été se fait doucement, encore hésitante.
On renonce difficilement à la caresse du soleil sur la peau,
aux soirées qui s'étirent, aux petits matins baignés de lumière.

  IMG_1625 IMG_1632  IMG_1511 IMG_1353IMG_1297 IMG_1296

{un herbier à réaliser à quatre mains, deux grandes et deux petites;
des figues de la production maternelle, des bruyères pour me rappeler ma Bretagne,
un petit reste de pâte maison et trois ou quatre mirabelles pour garnir la tartelette,
une lune pleine de poésie qu'on décrochera peut-être un jour...}

Mais voilà que d'un coup, il s'impose, cet automne d'octobre,
les premières flambées crépitent, les pulls sortent des armoires,
les bottes reprennent du service, et dans la rue, les marrons chauds
dans leur journal ont remplacé les cornets de glace. 

IMG_0143 (2) IMG_1516IMG_1512 IMG_1318IMG_1646 IMG_1654

{tarte au citron vert ou tarte aux brocolis, noix et feta ? assiettes dessert à liseré or trouvées
près d'une poubelle...; tapis Zara Home}

A la maison, on range les coupelles pleines de coquillages, les coussins
aux tons clairs, les cartes de vacances reçues qu'on avait glissées
dans le miroir de la cheminée. On fait des tartes avec les premiers
fruits qui arrivent et les derniers qui partent. Le parquet devenant
trop frais aux pieds nus, on sort le tapis, on s'octroie des pauses café
avant d'attaquer les corvées.

IMG_1637 IMG_1639IMG_0148 IMG_1609

{cette marque nantaise et artisanale de biscuits, monogrammée au prénom de ma petite-fille
se fait doucement une place de choix au pays du Petit Lu ! faisant partie des rares qui sucrent
encore leur café (mais pas leur thé !)autant le faire avec ces adorables petits sucres en forme
de canelés; ce minutieux travail de collage de graines et fleurs sèches sur un tambourin
à broder m'a été offert par
Marie*}

Je sais que pour beaucoup d'entre vous, c'est une saison bénie, vous engrangez
les belles courges de vos jardins, vos érables et chrysanthèmes flamboient,
vos lauriers tin, asters et ancolies s'en donnent à cœur joie, tandis que
les bonnes grosses têtes d'hortensia se lyophilisent doucement dans
une dame-jeanne, juste à côté de la récolte de pommes luisantes.

IMG_1581 IMG_1594IMG_1576 (2) IMG_1559IMG_1560 IMG_1586

{les jardins de Bercy, un hâvre à apprécier hors week-end; on s'assied au soleil sur le muret
qui entoure le potager des petites mains vertes, et on regarde pousser les fleurs
et les légumes comme si c'étaient les siens !}

A défaut de goûter à ces plaisirs sains, je trouve le mien, lors d'errances
citadines, dans les parcs, jardins et squares qui abondent ici plus
que l'on imagine. Pour me porter, je me suis offert une solide paire
de bottines lacées d'un brun encore plus lumineux que celui des marrons
qui jonchent le sol.

IMG_1541 IMG_1539 

Les boutiques aussi se sont faites belles à la rentrée, il fallait bien
renouer le contact. J'aime y entrer, bonjour, 
je peux vous renseigner,
merci non je regarde... Vous connaissez tous 
et toutes ce code.
La vendeuse fait juste son travail, et vous lui 
répondez gentiment,
même si ça agace un peu. Après tout vous êtes 
chez elle, la plupart du
temps vous n'achetez rien, ce sont des 
boutiques-musées, où chaque objet, 
d'une utilité toute relative, 
coûte beaucoup trop cher, ou alors c'est
exceptionnel, pour un cadeau, que l'on aura le plaisir de tenir en main
avant de l'offrir allègrement. On ne dira jamais assez à quel point 
ce qui est beau peut apporter de gaieté et de plénitude.

IMG_1319 IMG_1327IMG_1328 IMG_1321IMG_1330 IMG_8380

{Perfection automnale dans la boutique d'Alix D. Reynis; la photo n'est pas récente mais tout
chez elle donne à rêver; me souvenir que je possède les mêmes couverts en argent,
motif coquille, et qu'il me faut les retrouver}

 

 * Lilihouat : jolis petits objets faits main par une Bretonne insulaire

* Maison Suzanne : délicieux biscuits sucrés ou salés, en production locale et artisanale

Je précise une fois de plus, puisque cela m'a été reproché, que je n'ai
aucune, mais absolument aucune rétribution, qu'elle soit sonnante
et trébuchante ou sous forme de cadeaux, avec les marques ou boutiques
que j'évoque parfois sur mes billets.
Ce sont juste des coups de cœur que je souhaite partager avec vous.

 

Posté par Triskell1 à 13:58 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 octobre 2021

L'heure bleue

L'heure bleue, c'est un si joli titre que je n'ai pas pris la peine
d'en chercher un autre. Et c'est celui d'une exposition, hélas 
achevée, qui s'est tenue cette année au musée Marmottan Monet.
Elle figurait sur mes tablettes depuis l'ouverture en janvier,
puis il y a eu les fermetures des lieux culturels, les urgences
personnelles à gérer, les conflits d'agenda, et j'ai bien
failli la rater en m'y rendant in extremis fin septembre.

IMG_1161

{les filles Benzon}

L'attente a été récompensée. Un choc, voilà en deux mots ce que j'ai ressenti
en pénétrant dans l'enfilade des salles consacrées à Peder Severin Krøyer,
peintre danois dont j'avoue un peu piteusement n'avoir pas connu l'existence
jusqu'ici, à l'exception de ce fameux tableau (reproduit sur l'affiche
de l'expo) des deux femmes marchant sur la grève.

IMG_1158

{Soirée d'été sur la plage du sud de Skagen avec Anna Ancher et Marie Krøyer} 

 IMG_1162 (2) IMG_1159

{Krøyer travaillait parfois d'après photo, en se permettant quelques libertés

D'ailleurs marchent-elles ? Ne glissent-elles pas plutôt vers cette heure bleue,
où la mer et le ciel ne font plus qu'un, les plis de leurs robes alourdis
par l'humidité du sable, dont elles ne semblent avoir cure, tant elles sont
prises par le secret de leur confidences. L'une chuchote, l'autre écoute.
Aucun bruit ne vient perturber cette harmonie, si ce n'est le murmure
du ressac, et peut-être une mouette, haut dans le ciel.
C'est fou ce qu'un simple tableau peut raconter.

IMG_1153

 {Hip, hip, Hurrah ! est bien le titre de ce tableau}

Krøyer  passe les mois d'été à Skagen, un village de pêcheurs situé au nord
du pays, là où la lumière est la plus inspirante, la plus irréelle.
Il y peint des scènes de vie quotidienne, où célébrités et anonymes se côtoient,
dans lesquelles on peut déceler les influences de ses illustres contemporains
- Monet, Manet, Renoir, etc.

IMG_1148 IMG_1151IMG_1150 IMG_1145 (2)

Mais la lumière qui nimbe ses œuvres, presqu'aveuglante parfois, n'appartient
qu'à lui, et sans doute à ceux que l'on nomme "les peintres de Skagen",
dont feront partie, entre autres, Laurits Tuxen et le couple 
Ancher,
Michael et Anna, dont il fut très proche.

 IMG_1152 (2)

{ce portrait de Marie Krøyer, peintre elle aussi, est d'une fraîcheur, d'une spontanéité,
et d'une contemporanéité incroyable !} 

On ne peut parler de Krøyer sans évoquer Marie *, son ancienne élève devenue
épouse, à la fois muse et complice, artiste également, qu'il prit un plaisir
fou à peindre lors de ces étés magiques et hors du temps sur la plage de Skagen. 

Marie_Kroyer_-_Double_portrait_of_Marie_and_P

{toute l'originalité de ce double autoportrait, est que Peder est peint
par Marie, et vice-versa !}

Lumineux, c'est absolument le mot, banal et sans doute galvaudé, qui me vient
lorsque je me retrouve face à ses œuvres. Il n'en existe 
pas de plus juste
à mon sens. Et ce sentiment semblait partagé par l'ensemble des visiteurs
ce jour-là. Chacun prenait tout le temps nécessaire devant chaque tableau,
qu'il fallait bien quitter, mais parfois avec déchirement.

IMG_1142

{portrait de Krøyer par Laurits Regner Tuxen, membre du groupe des peintres de Skagen }

On s'est souvenue aussi en quittant l'exposition, que le joli nom d'Heure bleue 
avait été donné à un parfum il y a plus d'un siècle de cela. Un hommage
à cette école de peinture, ou juste à ce moment si particulier de la journée,
où le jour résiste encore un peu à la nuit ?


IMG_1149

On abandonne donc ce joli monde à regrets, sans oublier, à l'étage du musée,
d'admirer en collection permanente, les œuvres de Berthe Morizot.

IMG_1170

{fille portant un panier, par Berthe Morizot}

 Une admirable rétrospective lui fut consacrée il y a quelques années au Musée
d'Orsay. Elle m'avait tant enchantée que j'en avais réalisé un petit reportage

(voir ICI, si le cœur vous en dit)

IMG_1172 IMG_1171

{sa fille, Julie Manet, qui fut un de ses modèles favoris}

IMG_1174

On repart sans bleus à l'âme, mais avec quelques cartes bien sûr qu'on rédigera
calmement le surlendemain, car on a bientôt du monde à dîner, et pour le choix
des serviettes, c'est vite vu : ce sera bleu, sans hésitation.

IMG_1282 IMG_1268 IMG_1252IMG_1269 IMG_1261

 {sur la table dressée, une déco très simple : quelques marrons ramassés dans les jardins
du Ranelagh, en sortant de l'exposition}

* Un film, réalisé par Bille August et sorti en 2012, relate la vie,
sans doute romancée, de Marie Krøyer.

Posté par Triskell1 à 23:16 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 septembre 2021

En Puisaye

Evoquer une personne brillante n'est jamais un exercice facile, car quoi
que l'on fasse, quoi que l'on dise, on ne sera jamais à la hauteur. Tant pis,
pour vous ou pour moi, je ne sais pas, mais je me lance pour vous parler de Colette.

IMG_0790

{la belle façade de pierre blanche de sa maison natale, sise rue...Colette
à Saint Sauveur en Puisaye}

Sidonie-Gabrielle naquit dans la paisible bourgade de Saint Sauveur en Puisaye,
au sein d'une famille totalement atypique et beaucoup trop fantasque aux yeux
des villageois. Père "pas d'ici" d'origine toulonnaise, ancien zouave
et unijambiste, mère féministe, érudite, laïque à une époque où la plupart
des femmes étaient placées sous le joug de monsieur-le-curé, la demoiselle
semblait déjà promise à un destin peu ordinaire.

 IMG_0751 IMG_0837

{un peu partout dans le village, ces plaques de céramique sont apposées
pour célébrer leur illustre native}

Restaurée en 2016, sa maison natale nous invite en toute simplicité à poser
nos pas dans les siens. J'avoue que les émotions m'ont gagnée en y pénétrant.
Je revivais mes lectures adolescentes, au temps des Claudine que je dévorais
jusque tard dans la nuit à la lampe de poche. Ayant subi des fortunes plus
ou moins heureuses, il ne reste que peu de meubles et d'éléments datant de 
son époque. Les décors ont donc été minutieusement reconstitués d'après les
très précises descriptions qu'en a fait Colette tout au long de sa vie
dans la plupart de ses ouvrages.

IMG_0755 IMG_0763IMG_0773 IMG_0756IMG_0757 IMG_0772

{la cuisine, petite, fonctionnelle, est ouverte sur le jardin; la chambre de Colette,
qui fut longtemps celle de sa
demi-sœur aînée Juliette, avec détail du papier peint}

"Maison et jardin vivent encore je le sais, mais qu'importe si la magie
les a quittés, si le secret est perdu qui ouvrait, -lumière, odeurs, harmonie
d'arbres et d'oiseaux, murmure de voix humaines qu'a déjà suspendu la mort,
- un monde dont j'ai cessé d'être digne ? Il arrivait qu'un livre, ouvert
sur le dallage de la terrasse ou sur l'herbe, 
une corde à sauter serpentant
dans une allée, ou un minuscule jardin bordé 
de cailloux, planté de têtes
de fleurs, révélassent autrefois, dans le temps 
où cette maison et ce jardin
abritaient une famille, la présence des enfants, et 
leurs âges différents.
Mais ces signes ne s'accompagnaient presque jamais du cri, 
du rire enfantin,
et le logis, chaud et plein, ressemblait bizarrement à ces maisons 
qu'une fin
de vacances vide, en un moment, de toute sa joie. Le silence, le vent 
contenu du jardin clos, les pages du livre rebroussées sous le pouce
invisible 
d'un sylphe, tout semblait demander : "Où sont les enfants ?"

IMG_0769 IMG_0765IMG_0762 IMG_0768

 {dans la chambre de Sido et du Capitaine, délicatesse des rabats de draps brodés,
et du papier peint réalisé à la planche}

L'idée d'un musée consacré à sa mère germa longtemps dans la tête de Bel-Gazou,
fille unique bien- mais sans doute mal -aimée. Disparue prématurément, elle
ne fut donc pas en mesure de concrétiser son projet, lequel fut repris par
des héritiers par alliance, et installé à quelques pas de là, dans le château
de Saint-Sauveur, belle bâtisse quoiqu'un peu austère, 
flanquée d'une tour sarrasine.

IMG_0744 IMG_0833IMG_0820 IMG_0816IMG_0830 IMG_0861

{Une scénographie somptueuse met en valeur la vie de Colette dans ce musée situé au coeur
d'un immense parc où nous pique-niquerons de petits fromages, de pain et de tomates
achetés au marché le matin même}

 Les vastes pièces inondées de lumière se prêtent magnifiquement à l'évocation
d'une vie hors normes. Dans l'une on peut écouter des extraits de son oeuvre
dits par de grands comédiens. Dans l'autre on admire sa collection de sulfures.
 
Son appartement du Palais-Royal y est minutieusement reconstitué,
et dans la majestueuse cage d'escalier, son regard magnétique projeté
au fil du temps vous suit à chaque marche gravie, ponctuées en lettres
dorées des titres de ses romans.

IMG_0824

 {crayonné de son appartement parisien}

Rien à dire de particulier sur le village. On sent cependant, contrairement
à d'autres, le frémissement d'une ouverture vers le tourisme, et ce n'est pas
un gros mot, car il favorise le développement et la renaissance de régions
injustement mises à l'écart des grands circuits habituels. Une charmante brocante,
une librairie un peu déjantée (pour ceux et celles qui connaissent, tout à fait
le style de la Shakespeare Library à Paris) quelques restaurants, un mignon
salon de thé, de belles maisons entretenues, Saint-Sauveur sera sauvé...

IMG_0810 (2) IMG_0798

"Tout est encore devant mes yeux, le jardin aux murs chauds, les dernières
cerises sombres pendues à l’arbre, le ciel palmé de longues nuées roses,
– tout est sous mes doigts : révolte vigoureuse de la chenille, cuir épais
et mouillé des feuilles d’hortensia, – et la petite main durcie de ma mère." 

IMG_0787

{la fenêtre de la cuisine de la maison de Colette, donnant sur le "jardin d'en haut"}

Continuons le périple en remontant vers le nord, et voici Noyers sur Serein.
Qu'est-ce qu'on aime ces jolis noms donnés dans nos belles provinces,
et ce n'est pas ce qui manque dans la région : Entrains sur Nohain,
Trucy l'Orgueilleux, Saint Aubin des Chaumes...
Ne nous faisons pas remarquer, et prononçons bien "Noyères" comme ici.
L'intégration commence par la sémantique. Vient ensuite le sourire,
le regard vers une façade insolite, et voici que le propriétaire de cette belle
galerie d'art nous explique patiemment son histoire, celle de la ville
et de ses coutumes. Nous irons aussi visiter son épouse, artiste peintre,
dans son atelier donnant sur une petite terrasse baignée de lumière.

IMG_0885 IMG_0903IMG_0898 (2) IMG_0911

{à Noyers sur Serein, on protège les arcades des petits tracas provoqués
par mesdemoiselles hirondelles, fort nombreuses ici !}

IMG_0914

 On repart avec quelques bonnes bouteilles, des gougères toutes fraîches, que l'on
va déguster le soir à la maison. Je ne résiste d'ailleurs pas au plaisir
de vous montrer d'autres photos du gîte, où je me sentais tellement chez moi. 

IMG_0866 IMG_0718IMG_0980 IMG_0844

 Comme nous l'a précisé son propriétaire, l'ensemble des maisons articulées autour
d'une cour centrale, était à l'origine un corps de ferme totalement délabré.
Il a donc fallu beaucoup de courage, de temps, de créativité et, bien sûr, de
moyens, pour en faire ce que c'est devenu. Rien ici ne sent la contrefaçon,
le paraître, la parodie. J'aurais presque pu me croire chez mes grand-parents,
dans ce hameau brut de décoffrage perdu au milieu des grées morbihanaises.

IMG_0706 IMG_0841IMG_0859 IMG_0930

 {la piscine : seule concession que certains trouveront un peu  "bling-bling",
mais si vous venez en vacances par ici avec des enfants, vous bénirez sa présence !
La coiffeuse et son Pierrot rêveur dans la chambre que j'occupais;
un détail de la salle de petit déjeuner côté chambres d'hôtes}

La région est truffée de masures à vendre, à des prix inimaginables pour
une parisienne, mais nécessitant des travaux incommensurables et, mais
c'est mon point de vue, décourageants. Une fois de plus je me pose la question,
est-ce vraiment ici que j'aurais envie d'installer tous ces meubles anciens
qui dorment chez ma mère, mon piano, mes vieux trucs rouillés, ma collection
de paniers et autres accessoires de bobo grisée par la vie à la campagne ?

  IMG_1026 IMG_1030  IMG_1032 IMG_1028

{petit butin : une série de boîtes en fer blanc, des verres et quelques assiettes}  

On ne va pas en région sans écumer les vide-greniers. A défaut d'en trouver
proches du village, je me suis rabattue sur la Ressourcerie de Clamecy :
une mine ! J'ai résisté à tout, mon appartement parisien étant plein comme
un oeuf, sauf à quelques bricoles qui s'avéraient sans doute indispensables !
(là, vous avez le droit de vous moquer...)

IMG_0855

IMG_0926

{détail de la salle de petits déjeuners des chambres d'hôtes}

IMG_0647

IMG_0705

{tout au fond, derrière la rambarde, vous pouvez apercevoir la maison des Compagnons,
une "Tiny house" parfaite pour une retraite en solitaire ou à deux}

Tout comme avec les fruits d'été on fait de belles confitures, mettons aussi
en bocaux les souvenirs de ces moments uniques, 
si particuliers.
Lorsque l'étagère sera chargée, et l'hiver venu, quel ne sera pas notre plaisir 

d'ouvrir délicatement les couvercles des conserves de nos beaux étés...
Voilà à quoi servent aussi les blogs.

Quelques adresses :

*Le domaine des carriers : gîtes et chambres d'hôtes à Chevroches (58)

* La maison de Colette à Saint-Sauveur en Puisaye (89)

* Le musée Colette à Saint-Sauveur en Puisaye (89)

* La Galerie Toison d'Or : galerie et atelier à Noyers sur Serein (89)

* Les oiseaux de nuit : librairie salon de thé à Saint Amand en Puisaye (58)

*La Ressourcerie : vide-grenier permanent à Clamecy (58)

*La petite faune de Vézelay : pour venir en aide aux chats libres à Vézelay (89)

* musée d'art et d'histoire Romain-Rolland : (ne pas rater l'expo Charles Loupot) à Clamecy (89)

Posté par Triskell1 à 06:54 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 septembre 2021

Escales champêtres

Il fut un temps où passer l'été à Paris prenait, malgré les obligations
professionnelles, un air de vacances. Le temps marquait le pas.
On s'habillait léger, on traînait 
un peu le soir, il flottait
dans les rues un je-ne-sais-quoi de magique, 
et dans le regard
des touristes, une lumière enfantine proche de l'émerveillement.
Mais voilà, les masques, les bouteilles crasseuses de gel à l'entrée
de chaque 
magasin, la défiance de l'autre, la ville éventrée
par les colossaux travaux 
entrepris en vue des prochains JO, et, pour
couronner le tout, une météo 
totalement sinistrée si l'on excepte
deux ou trois jours de canicule 
insupportables, ont eu cette année 
raison de mon enthousiasme benêt.

IMG_0603

{l'église du village de Chevroches au petit matin}

Une mise au vert urgente s'imposait, et je me réjouissais d'avoir jeté mon dévolu,
au moment du choix des vacances (en février!)sur le Morvan et la Puisaye.

IMG_0879

{un panier, des branches, des brindilles et des fleurs, au loin la blondeur des champs
et juste ce qu'il faut de soleil pour illuminer la journée}

 Chevroches, en voilà un joli nom pour ce village bâti sur d'anciennes
carrières et surplombant le canal du Nivernais ! Et que dire de la maison où,
mes valises à peine posées, je me suis sentie chez moi, totalement conquise
par son charme et sa quiétude.

IMG_0598 IMG_0502IMG_0851 IMG_0651IMG_0649 IMG_0590

Une déco digne d'un magazine, ponctuée de jolies trouvailles de brocante,
mais avec un confort absolu, des jardins en restanques avec une vue
extraordinaire sur les champs moissonnés et le clocher de l'église du village,
des attentions pour les jours de pluie (des albums de toute beauté sur
la région, des polars, et... toute la collection des Tintin !)
la Maison du contremaitre au Domaine des Carriers, fut un refuge parfait pour
ces quelques jours de vacances tardives.

IMG_0646

 {un petit coin du salon près de la cheminée}

Mais le but, en dehors du calme, était aussi de découvrir la région,
tout d'abord la ville la plus proche, Clamecy, situé à deux kilomètres du gîte.
La première 
impression fut celle d'une ville qui semble figée dans le temps,
totalement éteinte, aux rues désertes, aux commerces sinistrés. Il faut dire
que nous étions un dimanche, et que ce jour dit de repos, est particulièrement
respecté en dehors des grandes métropoles et des lieux très touristiques.

IMG_0488

IMG_0490 IMG_0612

{Clamecy, beaucoup de potentiel dans ses ruelles et ses placettes,
mais un sentiment d'abandon, malgré tout...}

Ce qui n'est évidemment pas le cas de Vézelay, cette petite merveille
juchée sur sa colline éternelle, étape mythique des chemins de Compostelle.

 IMG_0521 IMG_0512 IMG_0518 IMG_0527IMG_0589 IMG_0522 

{la remarquable association des Chats libres de Vézelay vient en aide d'une façon intelligente
et constructive aux petits félins de la cité : Clamecy devrait en prendre de la graine !}

Labellisée "ville sanctuaire" par la présence de sa remarquable basilique
Sainte Marie-Madeleine, c'est aussi un joli repère de brocantes, d'artisanat, 
de maisons renaissance et de petites cours qui se dévoilent au fil de la montée
de l'artère principale. Vézelay, c'est mon Giverny bourguignon, j'y reviens avec
le même plaisir à chaque fois, il y a forcément un détail qui m'aura échappé
et qui me servira de prétexte pour y revenir, à l'infini.

 IMG_0560 (2) IMG_0539 IMG_0550 IMG_0557IMG_0563 IMG_0564

 {la basilique Sainte Marie-Madeleine, un des plus beaux édifices d'art roman;
un drôle de tricot géant sert d'enseigne pour cette boutique de laines et d'artisanat}

Il faut reconnaître que la météo fut un peu chafouine les deux premiers jours,
peu propice aux ébats dans la piscine privée du gîte. Quoi de mieux pour
se réchauffer qu'une balade le long des rives du canal du Nivernais ? On croise
peu de monde sur le chemin de halage, un ou deux cyclistes, la factrice
qui fait sa tournée, et le silence, absolu... Puis, au fur et à mesure où l'on
s'approche de Clamecy, la rumeur de la ville, quelques vrombissements,
des éclats de voix, la vie ordinaire qui reprend ses droits.

IMG_0585 IMG_0582

{Le canal du Nivernais, long de 174km, facilitait le flottage du bois issu de la région, vers Paris}

Les projets de visites, trop nombreux, nourris par les innombrables dépliants
glanés dans les offices de tourisme, ne tenaient pas compte du plaisir que nous
aurions de musarder à la maison. Les sorties furent donc moins abondantes que prévu.

IMG_0695 IMG_0688IMG_0675 IMG_0676

Avallon, cependant, méritait le détour. Perle du Morvan ceinte de remparts
d'où la vue plonge sur d'admirables jardins en terrasses, cette ville un peu secrète
recèle de véritables trésors comme la collégiale Saint Lazare, la maison des Sires
de Domecy ou la Tour de l'Horloge.

IMG_0666

{le jardin de la mairie, où les plantes s'en donnent à cœur joie : un banc, une fontaine,
des pommiers grimpant en espaliers, on y resterait bien, le temps de lire
quelques pages d'un roman de Colette}

Les rues invitant à la flânerie, on entre à pas de loup sous un porche,
et juste derrière les bâtiments municipaux, on découvre un adorable jardin clos
comme le patio d'un riad, avec sa fontaine et ses massifs odorants
en cette belle fin de journée.

IMG_0696 IMG_0679

 De mes aventures bourguignonnes, j'ai encore des choses à vous dire.
Une maison d'écrivain, un beau village, des petites chines...
Si vous le voulez bien, dans un prochain billet !

Posté par Triskell1 à 10:27 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags : , , , ,