La Ligne 13

10 juillet 2018

La suite de l'été

Je crois vous avoir laissés au pied de Saint-Paul de Vence,
peut-être légèrement groggy par la chaleur...
Mais la perspective de découvrir ensemble ses magnifiques et rudes bâtisses
abritant nombre de galeries d'art, ses fontaines bienfaisantes, le lacis de
ses ruelles escarpées, vous donnera des ailes pour poursuivre, je le sais.

IMG_4007 IMG_3904

A peine avions-nous fait trois pas depuis le parking en contrebas
que déjà l'imposante boutique de l'Occitane nous a fait de l'oeil.
Il est vrai que des magasins l'Occitane, il y en a dans tous les
centres commerciaux de France et de Navarre, mais il faut
reconnaître que celui-ci est particulièrement joli, et,
cela va de soi, plus dans son cadre naturel qu'ailleurs.


IMG_3894 IMG_3883IMG_3928 IMG_3914IMG_3887 IMG_3893

Bon, c'est vrai, on a un peu craqué, sans doute sous l'effet du
ravissement, mais pour faire des cadeaux à des messieurs qui eux,
de toutes façons, ne mettent jamais les pieds dans ce genre d'endroit.

IMG_3912 IMG_3919IMG_3924 IMG_3897

Déguster un sandwich aux légumes à l'ombre d'un olivier fut notre
pause méridienne, avec en guise de dessert, l'immersion des avant-bras
dans la fontaine étonnamment fraîche, avant de reprendre
vaillamment d'assaut les rues déjà bien embrasées.

IMG_3930

De nouveau, un temple de la consommation, gustative cette fois, nous a
stoppées dans notre élan, à moins que ce ne soit la perspective de
profiter un instant des bienfaits de la climatisation... Belle mise en scène
là encore chez Bremond 1830, et terribles tentations autour des huiles,
condiments, épices, bruschettas, confitures... Une pâte de pistaches
à se damner a eu raison de ma résistance.

IMG_4006 IMG_3906

  Changement de cap : je descends rarement dans la région sans
aller saluer Menton. Là encore, en pèlerinage de moments heureux
avec des personnes appartenant au passé.

IMG_3862 IMG_3867IMG_3879 IMG_3857

 Et je ne résiste jamais non plus à la tentation de revoir l'Hôtel particulier
Adhémar de Lantagnac,
qui abrite désormais le Service du Patrimoine de la ville,
resté dans son jus, c'est ce qui fait sa beauté absolue. Je tremble à l'idée
d'une rénovation trop moderne et mal maîtrisée... Heureusement, nous ne sommes
plus dans les années 70, période du grand n'importe quoi architectural ! 

IMG_3875

Mais comment restituer ce bleu si particulier, oeuvre singulière
du temps qui passe ?

IMG_3849 IMG_3848IMG_3970 IMG_3675IMG_3516 IMG_3860

{la papeterie Rontani, une institution niçoise, où l'on trouve absolument de tout,
et où j'ai déniché des reproductions de planches anciennes}

Mes vacances terminées, je vous laisse la place, et si vous partez
vers le midi, je vous laisse aussi le chant des cigales, l'odeur
de pain d'épices du laurier rose, les cris des marchés, 
la frange cristalline des vagues et l'eau des fontaines.

IMG_3605

IMG_3657

{accueillante maison ! mais n'est-ce pas un Spitz que j'ai vu en sortir ?}

 

Posté par Triskell1 à 07:42 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags : , , ,


05 juillet 2018

été

 Le premier moment de volupté, c'est retrouver la maison aux murs tièdes, 
enchâssée dans son jardin où plantes et buissons ont fait les fous
pendant votre absence. Puis on se débarrasse de ses oripeaux citadins,
on va vite voir la mer, au bout de la rue qui descend vers le port,
et on prend un premier verre au crépuscule à la Civette sur la place.
Ça y est, les vacances peuvent commencer. 

IMG_3583

En juin, tout est plus merveilleux. Les journées sont longues, les commerçants
gracieux, les estivants discrets, le soleil bienveillant. Mes obligations
professionnelles ne m'ont pas toujours permis de le faire, mais à présent
je profite de cette aubaine.

IMG_3561 IMG_3563IMG_3502 IMG_3494

{la terrasse du restaurant La Corderie à Villefranche}

 Comme chaque année, je passe un petit bout d'été dans la magnifique
presqu'ile du Cap Ferrat. Certes, les villas pour milliardaires russes
et saoudiens y sont nombreuses, véritables fortins protégés par des murailles
si hautes que l'on voit à peine dépasser la touffe ébouriffée des palmiers
et cyprès de leurs jardins que l'on suppose somptueux (mais ennuyeux !) 
Le village de Saint-Jean, lui, a conservé toute son authenticité. 

IMG_3797 IMG_3556IMG_3842 IMG_3837

{les fêtes de la Saint-Jean d'été...à Saint-Jean ! }

Bien entendu, la municipalité se devait d'organiser pour le solstice d'été
4 jours de festivités pendant lesquels tous les Saintjeannois de souche
ou de passage prirent part : processions aux lampions, marching band,
fanfares, feux de joie au-dessus desquels les plus hardis (dont le curé 
en soutane !!!)sautèrent sous un tonnerre d'applaudissements, chorales,
Gospel, danses, cocktails  et feu d'artifice (largement aussi beau,
et beaucoup plus accessible que celui du 14 juillet à la Tour Eiffel)
sur le port de plaisance.

IMG_3769 IMG_3511IMG_3773 IMG_3977IMG_3672 IMG_3542

{dans la maison; une cigale momifiée : le début d'un cabinet de curiosités ?
Sandrine Little Bocal, j'ai pensé à toi en voyant cette adresse...}

Les vacances, c'est aussi, pour une fois, ne pas faire plusieurs choses
en même temps. Nager, et c’est tout. Lire, et c’est tout.
Suivre le vol des goélands dans l'azur du ciel.
Manger, des choses simples,et y prendre un plaisir infini,
sans consulter son portable, sa montre, ses mails, les infos de la télé.

IMG_3770

Vivre en short. Aller chercher le pain à 6h du matin " à la fraîche"
chez Marius le boulanger. S'emmêler le cheveux dans l'épais buisson de
plumbagos qui prend ses aises sur la rampe de l'escalier extérieur.
Tailler, couper, élaguer,sans ôter au jardin son côté sauvage.
Commander le soir après les virées dans les petits villages perchés,
sa "Capricciosa" (tomates, mozza, champignons, olives, origan) 
au Cadillac et aller la déguster sur la plage quasi déserte.
Voilà. Rien de sensationnel. Du quotidien au ralenti.

IMG_3530 IMG_3529IMG_3528 IMG_3841

{un chouette magasin à la fois librairie et concept store : la Briqueterie à Nice}

Lorsqu'on quitte la maison, c'est pour musarder dans les rues du vieux Nice,
ou s'aventurer dans l'arrière pays. Quoi de plus joli que les ruelles de
Tourrettes sur Loup, la ville des violettes, ou celles de Mougins,
berceau de la gastronomie étoilée,

IMG_3751 IMG_3753IMG_3752 IMG_3754IMG_3709 IMG_3721IMG_3714 IMG_3719IMG_3710 IMG_3695

 {Tourrettes sur Loup, adorable village au tourisme raisonné; un mariage se préparait
pour le lendemain dans la petite église; le restaurant Clovis, une étoile au Michelin;
la plus simple et la plus jolie des boîtes aux lettres; dégustation obligatoire de la 
glace à la violette, spécialité du village}

 A Mougins, c'est une spectaculaire statue de Pablo Picasso qui nous
attend dès l'entrée, et l'air saturé sent bon la lavande plantée
en contrebas. Las, dans le cadre d'un festival d'art en plein air
intitulé Mougins Monumental, l’artiste polonais Tomek a
pollué la ville de ses créations axées sur le thème du jean.
J'ai détesté, et je n'étais pas la seule.
Mieux valait se perdre dans les venelles fleuries, boire aux fontaines,
croiser quelques chats à la démarche chaloupée, s'amuser du tournage d'une
émission culinaire avec Laurent Mariotte prônant le barbecue "tout légume"!

IMG_3622 IMG_3610IMG_3637 IMG_3618IMG_3643 IMG_3635

{pas de photo des oeuvres de Tomek, mais si le coeur vous en dit, c'est ici...}

IMG_3843 IMG_3844

{ je ne sais pas pourquoi, mais j'ai trouvé cette ancienne boîte à biscuits très touchante
sur son rebord de fenêtre, j'en aurais bien fait une petite jardinière à succulentes !}

Je crois que cette balade sous le soleil vous a épuisé(e)s.
Nous marquerons donc une petite pause avant de rejoindre Menton
et Saint Paul de Vence un peu plus tard, qu'en dites-vous ?

Quelques adresses :

- La Corderie restaurant à Villefranche sur mer

- Clovis restaurant à Tourrettes sur Loup

- Cat & Roses maison d'hôtes et décoration à Tourrettes sur Loup

- La Briqueterie librairie concept store à Nice 

 

Posté par Triskell1 à 20:58 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 juin 2018

Pour le plaisir

Pour le plaisir, et rien de plus, de s'amuser avec cette minuscule couronne 
imaginée par Nathalie ( Madame Mint & Lilies !), associée à ce petit
message qui pourrait être, pourquoi pas, le premier vers d'un haïku,
de réfléchir à ce que l'on pourrait tirer de ce rouleau de papier peint
déniché aux Puces, dont on a simplement aimé l'association du bleu et or,

IMG_3392 IMG_3385IMG_3384 IMG_3281IMG_2718 IMG_3287

{couronne Mint & Lilies; paniers Sostrene Grene et Monoprix; feuille de métal Little Bocal}

pour le plaisir aussi de vous reparler des petits pois
et des roses du jardin maternel, celui d'écosser les premiers,
de plonger la main dans ces petites billes vertes et d'y découvrir
la fraîcheur sensuelle que l'on prête aux perles rares, 

IMG_3378 IMG_3396IMG_3350 IMG_3381IMG_3395 IMG_3375

{cuiller bois Mint & Lilies; gobelet de baptême - le mien ! torchon Monoprix;
assiette SDF adoptée; nappe lin Turpault }

de caresser le velours des secondes, d'en sauver quelques-unes au fil
de leur fanaison, et d'en concevoir des bouquets de plus en plus petits,
de déguster des madeleines à la framboise dans une belle assiette
de porcelaine aux dentelures dorées, trouvée dans la rue,

IMG_3336 IMG_3354IMG_3053 IMG_3339

pour le plaisir inattendu de relire des textes qui traversent les ans, dans de
vieilles éditions au papier ocré, avec parfois la surprise d'une carte postale
en marque-page, signée de quelqu'un qui n'est plus, mais qu'on imagine encore
au soleil, installé près de sa citronnade, envoyant de bons baisers de...

IMG_1930 IMG_1931IMG_1959 IMG_1963IMG_1367 IMG_1363

{chez Démodé et La Trésorerie}

Pour le plaisir buissonnier d'entrer dans ces boutiques parisiennes qui tentent
d'imiter les échoppes provinciales d'autrefois (avec des prix d'aujourd'hui !),
à la recherche d'une histoire de famille, d'un trésor perdu, d'un jadis fantasmé,

IMG_1386 IMG_2905IMG_2238 IMG_2231IMG_2316 IMG_2314

{boutique coussins et cabas Jamini rue du Château d'Eau;
les pensées des grapheurs philosophes des rue Audran et Lepic}

pour celui de déambuler dans Montmartre, des Abbesses à la rue Lepic,
quartiers où l'art et la fantaisie n'ont jamais cessé d'étonner,

IMG_3029

{le Lac Inférieur du Bois de Boulogne : une merveilleuse parenthèse de verdure à l'ouest de Paris !}

et celui d'imaginer Gustave Caillebotte plantant son chevalet au Bois de Boulogne
devant cette scène impressionniste de canotage,

IMG_1967 IMG_2528IMG_2895 IMG_3441

pour le plaisir soulagé de voir sa petite Calice âgée de 17 ans reprendre
des forces grâce aux bons soins, et plaisir sans limites d'admirer
les siestes félines des chats de la famille,

IMG_3405 IMG_3409IMG_3436 IMG_4491
IMG_3076 IMG_3438

{plaque de métal et verres Mint & Lilies; chemise chinée et bols Emmaüs}

Enfin, pour le plaisir de vous lire, vous si fidèles malgré le désamour 
dans lequel tombent la plupart des blogs, et vous donner rendez-vous
dans deux semaines, puisque  déjà s'annoncent mes vacances au soleil.

 

Posté par Triskell1 à 13:34 - - Commentaires [52] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

29 mai 2018

Les jolis jours de mai

Il existe des endroits, comme cela, qu'on a envie de voir et revoir
éternellement, et Giverny fait partie de ceux-là. Parce que oui,
c'est très visité, très pomponné, chaque rose, pensée ou iris semblant
faire partie d'une troupe de figurants placés sur le chemin pour
vous éblouir, et cette sophistication sauvage
peut légèrement irriter, mais au diable les esprits chafouins,
Giverny, en mai, c'est juste le Paradis sur terre.

IMG_3209 IMG_3202IMG_3197 IMG_3136

{les coins secrets de l'auberge Baudy}

Nous y avons maintement nos petites habitudes : un déjeuner à la Capucine,
partagé avec les poulettes gourmandes au plumage froufroutant comme
des fleurs de pivoine, un café à l'Auberge Baudy, accompagné du 
passage obligé par l'Atelier et son jardin en restanques dont on
ne se lasse pas, une visite de l'exposition temporaire proposée par
le Musée des Impressionnismes, une balade dans les ruelles,

IMG_3137 IMG_3212IMG_3187 IMG_3192

{l'auberge Baudy, encore...}

quelques évocations des Nymphéas noirs lorsque l'on passe devant l'école
primaire,
 le plaisir de choisir une jolie carte qu'on écrira sur un genou, assis
sur un muret, en évitant de faire fondre la glace que l'on tient de l'autre main.

IMG_3244 IMG_3117 IMG_3120 IMG_3135 

{le coin pépinière et jardinerie de la Capucine; et des fleurs, partout, à profusion...}

Il aura fallu un terrible orage pour chasser du village les visiteurs
en petite tenue, les Japonaises accrochées à leurs improbables
capelines de paille, s'enfuyant tels une volée de moineaux et laissant
aux autochtones un silence et une paix à peine troublés par le bruissement
de la pluie sur les rosiers grimpants.

IMG_3130 IMG_3118IMG_3224 IMG_3180

Et précisément, l'exposition de l'année au Musée des Impressionnismes met
en exergue l'influence des maîtres japonais sur nos artistes européens
du XIXe et du XXe siècle. L'oeuvre du contemporain Hiramatsu Reiji,
fasciné par Monet et sa série sur les nymphéas, nous offre en ouverture
six toiles et deux paravents à la délicatesse inouïe.

IMG_3144 IMG_3145IMG_3146 IMG_3143

{les toiles et paravents signés Hiramatsu Reiji}

L'exposition réunit, excusez du peu, des Van Gogh, Signac, Morisot,
Vuillard, Monet, Gauguin, Caillebotte, Pissaro... à donner le tournis. 
Et l'on y retrouve avec émotion "La grande vague" du formidable
Hokusaï, déjà admirée au Grand Palais il y a quelques années.

IMG_3151 IMG_3166

{extrait d'une nature morte de Matisse; les capucines de Caillebotte}

 Vous avez encore plus d'un mois pour profiter de cette exceptionnelle
exposition ! Et poursuivre le charme en vous promenant dans les jardins
du musée,
structurés en carrés par thèmes de couleurs, ma préférence
allant au carré noir et ses extraordinaires
pensées, ainsi qu'au
carré blanc et les sphères parfaites de ses alliums. 

IMG_3235 IMG_3237

{le jardin noir; le jardin blanc}

IMG_3163

{maisons norvégiennes dans la neige de Claude Monet}

IMG_3158

{une des trente-six vues de la Tour Eiffel d'Henri Rivière}

Mais nous sommes attendus ! Pour un déjeuner sur l'herbe, quelque part dans
ce coin de Normandie "profond", cher à Philippe Delerm, entre Breteuil sur Iton
et Verneuil sur Avre. Petit arrêt à Conches en Ouche (dur à dire si on zozote)
sa remarquable église Sainte Foy, son musée du terroir, les vestiges
de son château, et arrivée à La Guéroulde sous un soleil complice.

IMG_3258 IMG_3259

 Rien de plus charmant que ces maisons d'un autre âge laissées dans leur jus,
avec la patte parfois inspirée, parfois malheureuse des nouveaux occupants
successifs, la touche kitsch des enfants pour qui elles furent synonymes
de vacances entre cousins,
les vélos de toutes tailles entreposés dans le hangar,

IMG_2926 IMG_2973IMG_2955 IMG_3010

les jeux de boules orphelins de cochonnet, les cadeaux de fêtes des mères
remisés dans une malle de marin, le délicat service à Porto dépareillé
(qui boit encore du Porto ?) tout fier dans son vaisselier repeint
en gris argile, le plaid Ikea pour cacher le sofa élimé, 

IMG_2984 IMG_2991IMG_2988 IMG_2999IMG_3019 IMG_2994

la petite-cabane-au-fond-du-jardin qui ne sert plus qu'à faire joli,
les récentes plantations de fleurs à la mode et les vieux lilas, superbes
et généreux, souvenirs des jours anciens et de la silhouette courbée
d'un grand-père jamais en repos.

IMG_2941 IMG_2987

De retour à la grande ville, on reprend ses habitudes mais comme tout à coup 
l'appartement semble étriqué! D'autant qu'on a des invités à déjeuner,
qu'on a promis un truc simple genre cake salé et salade de toutes les couleurs,
mais comme tout serait plus beau sur une nappe posée dans l'herbe,
avec le chant des oiseaux en play list, les bouteilles couchées à l'ombre,
des promesses de sieste ou de jeux comme si les heures n'existaient plus.

IMG_3082 IMG_2924IMG_3094 IMG_3089

Côté déco, j'adore l'astuce de Marie-Paule qui propose la fleur de sel
dans un coquillage : ici, une huitre du Croisic ! Les pains sont placés dans
les ravissantes pochettes de Christine, l'épi de blé sur les serviettes,
c'est une idée de Valérie, mais le dessert framboises/myrtilles/mascarpone,
c'est moi ! Et dans les verres Mint & Lilies, c'est encore plus joli !

 

Posté par Triskell1 à 18:54 - - Commentaires [46] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 mai 2018

Entre terre et mer

Monsieur Hulot aurait sans doute pu arpenter de ses longues jambes
la corniche de cette station balnéaire, tant elle semble avoir conservé
dans ses pins maritimes, son sable doré, ses jetées pailletées et
sa brise salée le souvenir délicieux des "colos" d'autrefois. 

IMG_2788

C'est un peu la Bretagne sans l'être,
puisque le découpage régional a placé Le Croisic en Pays de Loire,
mais on la sent présente dans le souffle des vents d'ouest qui trousse
les cistes et les tamaris, dans le granit rugueux des maisons de pêcheurs
aux fenêtres en lucarne, dans les effluves de beurre salé qui montent
des crêperies en pleine effervescence à l'heure du déjeuner.

 IMG_2763 IMG_2789

{les jardins du Mont Lenigo, aux contreforts façonnés en traverses de chemin de fer}

Alors on profite du généreux moi de mai pour prendre un bain de nostalgie,
on se souvient des départs en autocar au petit matin, les parents fébriles,
les enfants mal réveillés, du chahut à peine les portes refermées
- plus vite chauffeur, plus vite chou-fleur- des pique-niques
au sandwich mou, à l'oeuf dur et aux chips dont la consommation
exceptionnelle parait de mille qualités gustatives, des premiers
contacts avec l'Atlantique et des hurlements de joie car
bien sûr elle était froide et bien sûr c'était délicieux !

IMG_2758 IMG_2756IMG_2752 IMG_2778

{quelques marais salants en bordure de route juste avant l'entrée du village;
et pour le dessert du pique-nique, un "Armoricain" de chez François et Rosalie}

Qualifiée de "petite cité de caractère" comme Rochefort-en-terre cher à mon coeur,
Le Croisic se situe à l'ouest de sa prestigieuse voisine La Baule,
au bout de la presqu'île guérandaise. On achète son petit sachet de fleur de sel
à une des camionnettes garées sur le bas-côté, un peu cher sans doute,
mais c'est tellement plus drôle qu'au Leclerc local...

IMG_2761 IMG_2794IMG_2779 IMG_2772IMG_2796 IMG_2787

{la boîte à livres contenait quelques polars et un vieux livre d'histoire :
je n'avais hélas pas terminé ma lecture en cours, sinon j'eus laissé
bien volontiers ma participation !}


Il y a juste ce qu'il faut de touristes pour l'ambiance, juste ce qu'il faut
de nuages pour filtrer la morsure du soleil, juste ce qu'il faut de silence
dans les rues du bourg en repos, avec tout à coup un Tri Martolod qui
s'échappe d'une fenêtre entr'ouverte : pas d'erreur, on est bien en Bretagne.

IMG_2820 IMG_2848IMG_2830 IMG_2824IMG_2538 IMG_2691

{comme elles étaient gracieuses les couvertures des magazines féminins d'autrefois...}

De retour dans les terres, on retrouve l'odeur poivrée et humide
des sous-bois, pas tout à fait mais presque le parfum de noix des caves
sombres où l'on allait chercher le fillettes de Muscadet, et aussi
le plaisir de cueillir le dernier muguet de l'année, de saluer les
premiers iris, et de cuisiner les bonnottes juste frottées, avec la peau,
du beurre salé, du thym et quelques pétales de sauge. 

 IMG_2840 IMG_2846 IMG_2885 IMG_2886

J'en profite pour glisser aux Monop'addicts que la collection signée
Nadia Gallardo est tout simplement sublime. J'ai craqué pour ce torchon,
mais j'aurais bien tout dévalisé...

 IMG_2888 IMG_2877

{collection Nadia Gallardo pour Monoprix}

Et puisqu'on est dans le léger (!) confectionner un carrot cake pour le goûter,
et improviser cette micro-recette déjà évoquée sur mon IG, la tartelette express !

 IMG_2843 IMG_2299 IMG_2610 IMG_2864  IMG_2300 IMG_2647

- un Traou Mad (ou autre palet breton)

- de la Lemon Curd

- une fraise coupée en deux

- du sucre glace pour faire joli

C'est du niveau masterchef de 3 ans, et avec
un sorbet citron/fraise, c'est divin...

 

Posté par Triskell1 à 19:46 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


28 avril 2018

Lire parmi les fleurs

Avec le printemps revenu, les fêtes de jardins battent leur plein
aux quatre coins de France. Lasse de traquer LE brin d'herbe qui prétendrait
lutter contre le pavé parisien, j'ai mis cap à l'ouest, mon ouest nantais
où, patiemment, les futures clochettes de mai se mettent en ordre de marche
chez les maraîchers et dans les sous-bois.

 IMG_2339 IMG_2363 IMG_2368 IMG_2377

Cueillir une fleur : quelle grâce peut-on apporter à ce geste simple,
quasi enfantin ? Faire d'improbables assemblages, avec ce
qu'offrent le talus ou la clairière, le marécage scintillant, le bord
d'un chemin dessiné par les pas. Et trouver intéressant ce bouquet
que l'on plantera dans un vase improvisé, bocal, cafetière sans couvercle, 
bouteille ventrue ayant contenu un vin italien, cruche en grès...

 IMG_2334 IMG_2396 IMG_2341 IMG_2441 IMG_2455 IMG_2376

Dans la mini jungle du jardin maternel, rechercher le coin idéal qui permettra
de recevoir la douce lumière filtrée par le feuillage naissant de l'érable roux,
y traîner un transat, installer de quoi se désaltérer et de quoi lire.
Et lire, bercée par le ronron imperceptible de la tondeuse d'un lointain voisin,
ou celui tout proche d'un chat qui vient vous visiter en ondulant,
soudainement attiré par vos genoux enfin au repos.

IMG_2567 IMG_2357IMG_2515 IMG_2565

{le premier muguet du jardin et déjà, quelques promesses de figues !}

Et si, malgré ses dimensions, l'Eden maternel ne suffit pas, attendre
la fin de journée et se rendre au Jardin des Plantes de la ville de Nantes,
magnifique bijou botanique où l'on aimait tant laisser vagabonder 
notre adolescence, et où, en cette fin avril, explosent 
les buissons d'azalées, les  grappes de glycines, 
tandis que s'éteignent doucement les camélias.

IMG_2472 IMG_2482IMG_2505 IMG_2484IMG_2457 IMG_2466

{les aquarelles de Didier Clavreul; le "dormanron" de Claude Ponti; un petit noir en terrasse
du Café de l'Orangerie, et lecture de "Mâche", la revue nantaise gourmande }

 Puis reprendre le train du retour avec dans ses bagages, comme souvent,
quelques fleurs du jardin, là ce sera du muguet, les dernières confitures
de figues millésime 2017, du persil sauvage, un vieux livre retrouvé sans
l'avoir cherché, et qu'on lira à Paris, tant pis.

 

  "Le vrai jardinier se découvre devant la pensée sauvage"
Jacques Prévert

Posté par Triskell1 à 07:24 - - Commentaires [40] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 avril 2018

Moments parisiens

 

Lorsque le ciel parfois, dans sa clémence et son infinie bonté, nous gratifie
d'embellies qu'on n'espérait plus, il devient nécessaire de reprendre
ses semelles de vent et de marcher vers où il vous porte.

IMG_1754 IMG_1758IMG_1748 IMG_1755IMG_1733 IMG_1713

{la cour intérieure et le mur de cantine de chez Merci;
l'étonnant tissu mural du showroom de Maisons du Monde rue du Bac}

 On arrive boulevard Beaumarchais presque par hasard, et c'est toujours
amusant de faire un saut chez Merci qui, passé maître dans l'art de la
scénographie rocambolesque, s'est
 transformé en camp scout pour fêter
le printemps
, puis chez Bonton dans la foulée, car les mamans bobos
ont évidemment des moutards bobos. On y trouve plein de choses amusantes,
des rééditions de jouets, de la papeterie ravissante, un photomaton,
des déguisements, des vêtements très chers mais si jolis,
pour enfants qui n'existent pas ne bougent pas, sans doute.

IMG_1946 IMG_1753IMG_1950 IMG_1948

{les lustres baroques revisités par Merci, et son petit jardin}

Puis fuir le kidstore bruyant et poursuivre par les Filles du Calvaire 
pour s'octroyer un petit plaisir chez
Betjeman & Barton, maison séculaire 
bien connue des amateurs de thé,
en repartant avec un sachet de Spring Blend,

IMG_1970 IMG_1971

mais résister tout à côté au Fiacre à l'envie de reprendre quelques pièces
de la collection Calico qu'on aimait tant à 20 ans, égarée
dans les limbes du divorce, et dont il ne me reste qu'un bol, précieux donc.

IMG_2032

{bol collection Calico, Burleigh Pottery}

Un autre jour, profitant encore d'une exceptionnelle journée sans pluie,
je me suis souvenue à quel point la rue des Martyrs, la mal nommée,
était gaie, fleurie, vivante et gourmande à souhaits.
Lorsque je vivais non loin, m'y balader le dimanche matin était un réel délice.
Depuis, les boutiques de tout et de rien ont côtoyé les commerces
de bouche, mais le plaisir de remonter cette rue qui, partie de la colossale
Notre Dame de Lorette, se faufile jusqu'au portes de Montmartre, reste intact.

IMG_2191 IMG_2194IMG_2183 IMG_2181

{la très merveilleuse pâtisserie de Sébastien Gaudard en haut à droite}

S'y est installé entre autres un primeur, baptisé "Au bout du champ",
touchante copie des épiceries de mes grand-parents...
Tout est présenté en cageots, les carottes sont copieusement terreuses,
les fruits pas calibrés, les racines abondent, pas de tomates naturellement,
nous sommes en avril ! Mais surtout, et pour la première fois,
de l'ail des ours, enfin ! Alors oui je sais, tout cela est
terriblement urbain, habilement marketé, mais je confesse être 
une proie docile, et j'en suis ressortie avec, dans mon pochon de kraft,
une botte de radis, de la mâche, des pommes pas bien rondes,
et mon précieux bouquet d'ail. 

IMG_1767 IMG_1812

{petit café bienfaisant; découverte d'une fleur d'ail des ours dans le bouquet !}

Siroter encore un café dans un des nombreux bistrots qui jalonnent la rue
avant de repartir vers ma rive gauche,

IMG_1783 IMG_1790IMG_1797 IMG_1786

{assiette Casa;couverts Zara Home; étiquette de métal Botanic Editions}

 et de retour à la maison, tenter une première expérience avec un simple
plat de pâtes sur lequel j'ai versé un filet d'huile d'olive et ciselé
les belles feuilles d'ail. Pur bonheur.

Second essai avec un pesto, l'ail dans ce cas est utilisé comme
du basilic, tellement bon qu'on peut le dévorer directement
sur une tartine. Un avant-goût d'été ?


Posté par Triskell1 à 08:01 - - Commentaires [43] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 avril 2018

Pastels

Pénétrer dans le bel hôtel particulier des Jacquemart-André, niché au coeur
du boulevard Haussmann, sera toujours un enchantement. L'occasion m'en fut
une nouvelle fois donnée  à la faveur de l'exposition consacrée à Mary Cassatt.

IMG_1537 IMG_1558 IMG_1543 IMG_1538IMG_1557 IMG_1536

Née aux Etats-Unis dans un milieu aisé, et ayant fait de fréquents séjours
en Europe, Mary eut la chance de croiser le chemin d'Edgar Degas,
qui la mit en selle et lui fit rencontrer le mouvement impressionniste.
Elle est l'une des rares femmes qui purent s'exprimer ainsi par leur art.

15175767232881_mary-cassatt-1visit3_38400 IMG_1555

Elle revendique une peinture claire et lumineuse. Les bleus glacier et
les roses poudrés donnent à ses tableaux une clarté incomparable,
et ses études au fusain sont d'une perfection absolue. Les paysages,
contrairement à ses illustres contemporains, ne l'attirent pas,
et c'est sans doute dans les représentations de mères à l'enfant
qu'elle exprime le mieux son talent.

big_artimage_8761_899725_20120519351084

Moins connue que Marie Laurencin ou Berthe Morizot, elle méritait vraiment
cet hommage que lui rend ce ravissant petit musée, intéressant par ailleurs
pour sa collection permanente d'oeuvres de la Renaissance italienne,
ses appartements privés, et sa célèbre Marquise d’Antin, peinte par
Jean-Marc Nattier, à qui l'on doit le fameux "bleu" éponyme.


2363_Mary-Cassatt_1 2363_Mary-Cassatt_1

Les jours passent, à une vitesse folle, et Pâques pour lequel j'avais
brouillonné quelques lignes ne me semble à présent plus d'actualité.
Un petit dîner avait été improvisé à cette occasion, dans lequel
j'avais pensé introduire quelques recettes à base d'oeufs dénichées
sur Internet, pour finalement opter pour un menu de printemps, frais,
vert, végétarien naturellement. Les douceurs chocolatées ont
conclu avec gourmandise ce repas de saison.

IMG_1594 IMG_1690IMG_1692 IMG_1524 IMG_1522 IMG_1590 

{oeufs et matriochka en chocolat Pouchkine;tampons Sostrene Grene;
photophore lapin Casa; assiette porcelaine Monoprix}

IMG_1700 IMG_1589

{bougie poule Monoprix; carrés pour usages multiples, tricotés avec les mini-pelotes
de Sostrene Grene; broderie Little Bocal}

 

Posté par Triskell1 à 14:06 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mars 2018

Impatience

Lorsque l'idée de ce billet m'est venue , le printemps semblait avoir installé
son premier souffle tiède dans les rues de Paris. Je voyais du rose partout.
Un rose ni dragée ni buvard, pas vraiment poudré ni framboise, et
encore moins et surtout pas bonbon... Un rose printemps en fait, couleur
des premières petites fleurs naissantes.

IMG_1401 IMG_1308IMG_1409 IMG_1399

{ces fleurs ornent le long mur d'enceinte du cimetière Montparnasse}

Mais l'hiver n'ayant manifestement pas l'intention de se laisser expulser
sans réagir, une bonne salve de flocons vengeurs s'est alors mise à tomber
sur les bourgeons précoces. Bon gré mal gré il a bien fallu retrouver
la douceur de la laine, celle des petits cafés brûlants, trop nombreux, 
celle du pelage tiède de mes chats, des bougies qu'on allume dès onze heures
du matin, et je vous fais grâce de celle des madeleines vanillées
dévorées dans la mélancolie des fins d'après-midi.

IMG_1086 IMG_1450IMG_1390 IMG_1087

{cuiller Sabre; coussin Lafayette maison}

Bref, un temps à ranger, à trier, à répertorier, à se débarrasser,
à prendre conscience de tout ce que l'on possède en surnombre.
On compte ses coussins, ses petits paniers, ses grands paniers, ses mugs,
ses photophores, ses crayons-gommes, ses tee-shirts délavés, ses boites,
(qu'on adore) ses rouleaux de masking-tape, ses flacons de parfum vides
mais si jolis... et comme Sha-ne-no,on aimerait avoir le courage
de tenter
le fameux Minsgame dont je rappelle les règles :
il s'agit de faire un tri drastique dans tout ce qui traîne
dans une maison, mais d'une façon très méthodique.

IMG_1477 IMG_1469IMG_1444 IMG_E0967

{cuiller Dentelles Oxydées; coussin La cerise sur le gâteau; carnet Hema}

Le premier jour, on se débarrasse d’une chose, le second, de deux choses,
le troisième, de trois… etc. Et ce, jusqu’au 30e ou 31e jour.
Imaginez : 31 choses à jeter en une seule journée ! Ma boîte à boutons,
peut-être, étant donné que je ne couds jamais, et que je désespère
de voir un jour mes petites-filles jouer avec comme j'ai pu le faire
autrefois pendant des heures avec celle de ma grand-mère.

IMG_1416 IMG_1445IMG_0814 IMG_1413IMG_1433 IMG_0815IMG_1426 IMG_1429

{Matriochka et Pavlova pâtisserie Pouchkiine}

En attendant de prendre cette sage décision, et puisqu'il faut se remettre
en mode hiver, renouer avec la ligne 13 qui vous offre tant de
chaleur humaine, descendre à Saint Lazare, et en trois sauts se retrouver
chez Pouchkine place de la Madeleine pour choisir deux pâtisseries
annonciatrices d'une belle soirée, retrouver le rose tant aimé
dans ce simple bouquet, s'amuser à faire des découpages dans des
catalogues pour casser le blanc ou le noir de certains murs,
programmer quelques week-ends dans des villes
encore inconnues... et attendre les beaux jours.

  

Posté par Triskell1 à 07:48 - - Commentaires [48] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mars 2018

En attendant

En attendant quelque chose qui pourrait ressembler au printemps, je me
réfugie dans la confection de bons-gros-gâteaux-qui-font-du-bien-au-moral.
Leur délectable parfum dans la maison, combiné aux ronrons des chats, à
la voix d'Agnès Obel qui tourne en boucle et aux lectures douillettes...
je n'ai pas trouvé mieux pour passer cette fin d'hiver.

IMG_0993 IMG_1021IMG_E1020 IMG_1034

{assiettes creuses Casa; sets Ikea; couverts Zara Home; plat bleu et assiettes à dessert chinés}

Alors oui, encore un billet qui se mange et se renifle, mais je vous promets
un élargissement de mon horizon dès que la température atteindra au moins 10°...

IMG_0816 IMG_0841IMG_0839 IMG_1048

{linge de lit en lin AMPM; carte de fête Papillon Papillonnages}

Ce gâteau à l'air innocent est en fait un killer de première, dont je n'ai
aucun scrupule à dénoncer les complices : amandes, poire et chocolat.
Rendez-vous sur ce blog si vous souhaitez en savoir plus.
Mais je vous aurai prévenu(e)s.

 IMG_1054 IMG_E1010 IMG_1032 IMG_1057

Se plonger dans les mots ou les images, tandis que petit à petit se floute
le monde autour de soi, que la fureur s'apaise, qu'on entre dans une autre vie
que la sienne, un autre décor, un monde nouveau...  

IMG_1069 IMG_1023IMG_1076 IMG_1071

Lectrices, nous sommes des aventurières immobiles
aux pensées vagabondes, admiratives et complices
de ces artisans
des mots dont on envie un peu l'aisance, l'esprit et l'imagination.

IMG_0454 IMG_1038IMG_1044 IMG_0984

{plateau Mint & Lilies; torchon Monoprix}

Le salé avant le sucré. La charrue avant les boeufs. Tant pis, je vais
conclure avec mes tartelettes rustiques (ici, oignons caramélisés
et comté râpé). Comme j'ai toujours au congélateur des restes de pâte,
et forcément un petit quelque chose à mettre dedans, j'improvise rapidement
ce genre de dînette accompagnée d'une salade et d'un verre de Chardonnay.

Bon week-end gourmand à tou(te)s !

 

 

Posté par Triskell1 à 13:41 - - Commentaires [53] - Permalien [#]
Tags : , , ,