...Un quadrille par exemple ?

P1050454

Une soirée de fin d'hiver, bien douce, dans le quartier de l'Opéra.

P1050452

Caché au creux d'une place joliment pavée, un théâtre tout mignon à l'ombre d'une statue équestre monumentale.

Petit moment de grâce autour d'un verre ou deux, au Bar Anglais.

P1050438 P1050447

J'ai fait créer les invitations, choisi les fleurs, les pièces du cocktail, les tenues des hôtesses et le cadeau gourmand déposé dans un chic sac noir qui sera remis au moment du départ.

 

C'est ce que l'on appelle une soirée de Relations publiques, avec une centaine de personnes triées sur le volet.

 

P1050470

Que le spectacle commence !

Après les 10 premières minutes d'ouverture, temps nécessaire pour se couler dans l'ambiance d'un appartement parisien d'entre les deux guerres, on plonge avec délices dans les allers-retours percutants d'un Guitry plus inspiré et plus mysogine que jamais.

On met de côté ses grands principes, et on se laisse aller au plaisir de voir François Berléand dans la peau d'un séducteur sur le retour, désabusé et cruellement lucide, Florence Pernel et Pascale Arbillot, exceller dans les rôles respectifs de l'intello et de l'ingénue, François Vincentelli qui n'a même pas besoin de parler pour faire se pâmer la salle - je parle essentiellement des femmes naturellement...

quadrille

Un chassé-croisé qui ne laisse aucun répit, des dialogues ciselés, un happy end et des robes virevoltant autour des très jolies jambes de ces exquises comédiennes, voilà une soirée hors du temps, comme seul le théâtre peut nous en offrir.


P1050451