La lecture n'est jamais une perte de temps, 
même si tous les romans et essais lus ces derniers mois 
n'ont pas forcément suscité mon enthousiasme absolu.

IMG_0078 IMG_0077

Alors autant parler de ceux que j'ai bien aimés...

Histoire d'Alice, qui ne pensait jamais à rien
(et de tous ses maris, plus un)
de Francis Dannemark

 IMG_0526 IMG_0532 

Déjà évoqué ICI, le style de cet écrivain belge ressemble à une
musique enfantine. Tout paraît facile, l'air et les paroles,
mais en fait à chaque page, ou presque, on découvre de petits trésors
de vérités, de sagesse et de subtilités.
Un long titre pour un tout petit livre, juste l'histoire
d'Alice, 73 ans et 7 maris, qui, pourrait-on dire, 
commence au moment où le roman finit...

 Extrait :

"Votre vie est un roman" ai-je fini par dire
- Non Paul, c'est juste une vie. Sauf si tu l'écris (...)
Si je perds la mémoire, ils vont disparaître.
Mais si tu écris leur histoire, ils resteront encore un peu."

 *

Le club des incorrigibles optimistes
de Jean-Michel Ghenassia

 IMG_0515 P1060442 

On adore d'emblée tous les héros de ce
roman foisonnant, du jeune narrateur, Michel, aux transfuges soviétiques
périodiquement imbibés philosophant dans l'arrière
salle d'un café du XIVe (mon arrondissement chéri...)
de Cécile la passionnée à Franck le rebelle, de Sacha à Leonid...
C'est dense, c'est tendre, c'est plein de rebondissements,
c'est français dans la fluidité de la narration,
c'est russe dans la démesure, c'est aussi énorme que
le précédent était mince, mais c'est à lire absolument.
 

Extrait :

"Je n'ai jamais compris comment on pouvait dire une chose et son contraire :
jurer qu'on aime quelqu'un et le blesser, avoir un ami et l'oublier,
se dire de la même famille et s'ignorer comme des étrangers,
revendiquer des grands principes et ne pas les pratiquer, 
affirmer qu'on croit en Dieu et agir comme s'il n'existait pas,
se prendre pour un héros quand on se comporte comme un salaud."

 *

 La lettre qui allait changer
le destin d'Harold Fry arriva le mardi
de Rachel Joyce

IMG_0535 IMG_0537 

Bouleversé par l'annonce de la mort imminente d'une ancienne amie,
Harold décide d'aller à son chevet, à pied, remontant
tout le Royaume Uni depuis la Cornouaille jusqu'aux confins de l'Ecosse.
Héros malgré lui, Harold va chemin faisant voyager dans le temps,
et accepter de vivre avec ces démons surgis du passé.
Sa route sera ponctuée de rencontres drôlatiques et improbables.
C'est anglais et loufoque, on retrouve parfois l'atmosphère
propre à Jerome K Jerome, mais c'est aussi bourré de tendresse,
d'amour, d'émotion, jusqu'aux dernières pages, si bouleversantes. 

Extrait :

 "On pourrait croire que marcher c'est simple comme bonjour,
dit-elle enfin. Qu'il suffit de mettre un pied devant l'autre.
Mais je suis toujours étonnée de voir à quel point les choses
censées être instinctives sont en faites difficiles."

*

Le confident 
d'Hélène Grémillon *

IMG_0523 IMG_0524 

 A la mort de sa mère, Camille reçoit un étrange courrier :
une sorte de journal intime, signé par un inconnu prénommé Louis.
D'autres "lettres" lui parviendront régulièrement,
et Camille, au fil de sa lecture comprendra quel lien
l'attache aux protagonistes d'une étrange histoire d'amour,
amour fou sur fond de guerre.
L'écriture est efficace, on est totalement pris dans les rêts
de cette intrigue, car là encore, il faudra attendre
la toute dernière page pour en avoir la révélation.

Extrait :

  " Elle est mystérieuse, la naissance, qui retire une femme de la société
pendant quelques temps et qui, un jour, la lui rend comme ça,
brutalement. Après des semaines d'hébétude, de béatitude, on entre
de nouveau dans l'action et on redevient celle qu'on était avant,
en plus concentrée, en plus dense, en pire car désormais
on ne se bat plus pour soi mais aussi pour son enfant."

*Mme Julien Clerc dans la vraie vie