Ou le grand-père, et même l'arrière grand-père, tiens...

P1140764 P1140762 

Refaire vivre en s'amusant ce qui constituait le
quotidien de ses aïeux, on le fait toutes un peu.

Les miens ont partagé leur vie entre Nantes et le Morbihan des terres.
Leur vie, à défaut d'être douce, avait la jolie simplicité des jours anciens. 

P1140803 P1140806  
P1140776 P1140781  

Combien de cafés servis par cette cafetière ?
Toujours prête, à température sur un coin de la cuisinière 
à charbon aux cercles de fonte, puis reléguée au fond du jardin,
la voici parisienne, le bec mutin.

L'ardoise et l'encrier sont un clin d'oeil à cette école primaire 
qui fut longtemps l'univers de mon grand-père. 

P1130837

Les draps et les nappes en chanvre se lavaient à la rivière.
J'y ai taillé des serviettes.
Avec un peu d'imagination, on peut croire
qu'il y subsiste encore l'odeur des joncs
et celle de l'onde tiédie les beaux soirs d'été.
 

 P1130813 P1120108 
 La planche à découper est en fait le battoir à linge de mon arrière-grand-mère.

P1140758 P1140772

Les bols anciens. Ah ! Un grand classique.
Celui-ci est évidemment particulier : il a dû connaître
la moustache imposante de mon arrière-grand-père.

P1140783 P1140750

Le casier de bois brut, très brut puisque je l'ai laissé tel quel,
recevait les serviettes roulées du réfectoire de l'école de garçons.
Mes bouteilles sont bien contentes de s'y reposer.

P1140769 P1140784 

 Quant à cette énorme boule armaturée, elle a été sculptée
et façonnée au couteau.
C'est la rescapée d'un jeu complet.
Car la pétanque et la lyonnaise ne sont pas
l'apanage des méridionaux : on y jouait aussi en Bretagne,
le dimanche après-midi,
et je garde en mémoire le bruit rocailleux
de ces boules lorsqu'elles roulaient sur le chemin pierreux.
Les femmes venaient ensuite avec le cidre :
trois bouteilles, une seule bolée.

P1140852 P1140847 
P1140846 P1140870 

Ça passait de main en main, de bouche en bouche...
Oui, c'était ainsi, zéro chichi, un max de bactéries,
mais le petit verre de gnôle qui ensuite accompagnait
la victoire les tuait toutes.

 P1140825 P1140822 

Un peu de raffinement à présent.
De l'argenterie frottée à la cendre, de la vaisselle blanche,
parce qu'il y avait aussi de beaux dimanches,
et qu'on fêtait les baptêmes, les noces, les fiançailles,
et même les funérailles avec toute la dignité et la prestance requises.

P1140819

Et puis les pots de confiture, les torchons raides
comme de la toile émeri, les bouillottes en grès,
la cuiller à baratter et son pied de manche sculpté pour
marquer le beurre, les portraits encadrés,
les pots à lait, la comtoise (ah! la comtoise...)

P1140860

P1140868

De tout cela je reparlerai une autre fois.
Il fait si beau ce week-end, je ne vous retiens pas,
allez voir les jardins !

Les "ronds" de serviette ont été achetés dans une mignonne boutique de Bernay 
et les couverts récupérés d'un pique-nique écolo.