Cela aurait pu être un dimanche comme les autres.
On se serait levée le matin avec la perspective 
d'un petit-déjeuner "à rallonges", deux bols de thé au lieu d'un, 
du pain frais qu'on serait descendue acheter dans la nuit encore recroquevillée
sur sa froidure, 
suivi d'un barbotage dans un bain parfumé,

9437 17521

puis on aurait accompli les tâches habituelles,
petit ménage, rangements, épluchage des légumes avec un oeil
sur les nouveaux billets des copines blogueuses,
classement des papiers, pause-café avec la super
mignonne Nespresso offerte à Noël, photo prise au vol
d'un objet aimé dans un rai de soleil
- idée pour un prochain post ? -  
envoi d'un sms mutliple pour rappeler à qui de droit
qu'à 16h la galette c'est chez vous,
un peu de télé, un peu de musique, un chouille de lecture,
une balade aux Puces, que sais-je...

Au lieu de cela, on est fébrile, énervée, triste et joyeuse
à l'idée de ce qui se prépare, on bâcle tout, on se vrille sur France Info,
on zappe sur toutes les chaînes qui ne parlent que de ça,
on s'habille vite fait, 
et on y va.

duduche

{Mon Duduche, comme tu vas me manquer...}

C'est fou ce qu'il vient de se passer. 

Un miracle, quelque chose d'insensé, comme si on avait
eu besoin de ce drame pour en arriver là.

Tous ensemble, les élus, les humbles,
les qui-n'avaient-jamais-fait-cela-de-leur-vie, 
parce que trop jeunes, ou trop timorés, ou pas concernés,
les Titis de toujours ou les Parigots d'un jour,
de Cameron à Netanyahou,
de Sarkozy à ma voisine de palier,
d'Angela à Ginette, étaient là,
et j'y étais aussi.

IMG_6471 IMG_6473

Drôle quand même de constater que du jour au lendemain,
du 6 au 7 janvier 2015 très exactement,
le french bashing ait muté aussi rapidement vers un amour immodéré
(et suspect ?) de notre pays.
Tout le monde est Français aujourd'hui, et fier de l'être en plus.
Cabu, Charb, Honoré,Tignous et Wolinski, ca doit bien vous faire marrer.
Moi je suis juste heureuse de vivre dans ce pays de la démocratie et de la liberté.
Et très malheureuse pour ces vies ôtées, ce gâchis qui, je regrette de le dire,
était prévisible, d'une façon ou d'une autre.
Dix-sept vies pour qu'enfin plus de trois millions d'humains
réalisent à quel point il est important de se regarder,
de se parler, de s'écouter, de s'aimer.

images