Madame Mule Mère trottinant plus vite que moi
avait mis ses sabots vernis
pour nous régaler d'un joli billet sur Giverny.

L'endroit est si beau qu'en Parisienne folle de fleurs et d'oiseaux
j'ai succombé comme chaque été à l'appel des nymphéas.

20160813_121648 20160813_12184120160813_121925 20160813_121521

Mais voilà, j'ai accompli l'exploit d'avoir passé une
délicieuse journée à Giverny...
sans pénétrer dans la maison rose aux volets verts !
Une superbe file d'attente reptilienne, chauffée à blanc
par le soleil de midi, nous en a dissuadées.

20160813_155326 20160813_12173920160813_153758 20160813_12162120160813_121900 20160813_121229

Premier accueil à la Capucine, véritable "concept store" villageois,
où l'on trouve toutes les informations utiles pour apprécier la région,
un Botanic café arborant une carte plutôt "healthy" et peu carnée,
avec une extension dans le jardin aux allures de potager
(inspiré d'un Caillebotte ?), 
une pépinière, et aussi quelques autochtones à poils,
plumes et moustaches (bébé lapin, poule, chat)
sans parler de l'inévitable boutique où se mêlent oeuvres de créateurs
et bric à brac impressioniste.

20160813_145358 20160813_13504120160813_135416 20160813_151555

Puis direction le Musée de l'Impressionnisme, qui propose actuellement
une exposition consacrée à Joaquin Sorolla, peintre espagnol de renom,
mais qu'à ma grande honte je ne connaissais pas.
Quelle découverte! Son oeuvre est unique, il exhale la lumière de façon magistrale, 
et que j'aime ces artisans de la simplicité qui, comme lui, 
ont le pinceau tendre et caressant pour les scènes de vie quotidiennes.
Sous nos yeux, le coton et le lin des costumes se froissent avec noblesse, 
les corps nus des enfants scintillent d'eau de mer,
les muscles des travailleurs de la mer se nouent et se tendent sous l'effort.
C'est superbe.

20160813_135218 20160813_140753 20160813_134954 20160813_140724

Le petit café de l'après-midi sera dégusté à la maison Baudy,
qui est à Giverny ce que l'auberge Ravoux est à Auvers sur Oise,
un établissement, bien modeste à l'époque, qui proposait gîte et couvert
aux peintres américains, mais qui fut aussi lieux d'échanges animés
pour Monet, Cézanne, Mary Cassatt et leurs contemporains.

20160813_155316 20160813_15390120160813_153916 20160813_15520920160813_160033 20160813_160046

Derrière le restaurant, ne pas rater la visite de l'atelier,
resté dans son jus( un peu trop peut-être ? Son délabrement est inquiétant)
ainsi que la roseraie et les jardins en restanques. 

20160813_145557 20160813_124858

 A défaut de nymphéas noirs (comme beaucoup, je me suis passionnée
pour le roman de Michel Bussi !) j'ai découvert 
qu'il existait des liserons surfinias (merci Mach !)
couleur d'ébène, magnifiques et veloutés.
Une légère touche dramatique dans ce village envahi de roses, trémières ou non,
sorti tout droit d'un beau livre d'images.

IMG_1599 IMG_1601IMG_1603 IMG_1593

Brillante idée d'avoir reconstitué les célèbres meules,
telles que Monet les peignait!

Petit tour devant la mairie, puis dans l'église Sainte-Radegonde,
au superbe pavage, avant de rejoindre Paris, mais avec halte obligée
à Vernon, pour les vestiges de son vieux moulin ainsi que
le château des Tourelles, au soleil déclinant.

112049758

112049769

 Si vous souhaitez un vrai joli billet sur Giverny,
alors rendez-vous ICI, car Marie sait mieux que quiconque
vous entraîner dans la magie des
lieux où vécut Monet
une grande partie de sa vie.