Dehors, un brouillard froid et pénétrant a pris possession des rues.
Les rares passants se hâtent, corps penchés,
vers quelque chose de doux, de chaud, d'apaisant et d'amical.
Quel autre endroit que la maison peut réunir tous ces bienfaits ?

20161022_112536 20160703_17453520161105_132757 20160904_115041

 L'heure des soupes a sonné. Pas fan à la base, mais tellement alléchée
par ces photos sublimes déroulées sur Pinterest, je m'y suis mise depuis
l'an dernier. En épluchant moi-même avec mes mimines les beaux légumes.
Là, des carottes.

20161106_152233 20161105_132450

 Il y a mille recettes de velouté de carottes sur Internet.
Inutile de vous donner la mienne, mixte de Marmiton et d'un blog culinaire
+ touche perso. La portion de vache qui rit n'était pas au programme
mais elle donne du moëlleux, et les graines de courge et
les raisins de Corinthe jetés sur le lait de coco non plus.

20161105_132639 20161106_152150

  Voilà pour la soupe. Le livre à présent.
Un sujet difficile, déchirant, qu'Emmanuelle Bernheim a réussi
à traiter avec juste ce qu'il faut de retenue, de dignité, et où,
impensable lorsque l'on parle de cela, l'humour n'est pas absent :
elle a suivi jour après jour le déclin de son père qui,
après un AVC la supplie de l'aider à mourir.
Comment adhérer à cette folle idée de cautionner
la mort de quelqu'un que l'on aime ?
Et jusqu'où peut-on aller ?
Un situation à laquelle nous serons peut-être
un jour tous confrontés, mais qu'il est essentiel de ne pas rejeter.

20161022_113004 20161106_151908

  Ensuite, rien n'empêche, parce qu'on a besoin de légèreté
et de douceur, de se replonger dans l'album-doudou de Marie-Paule,
toujours à portée de main en cas de blues...