Jour 5 : Le sillon de Talbert est une curiosité unique en Europe.
Cette langue de terre, qui déchire la mer comme une cicatrice,
étroite de quelques mètres mais longue de 3 kilomètres,
a été naturellement façonnée par les courants opposés
de deux rivières. Bien sûr, si la légende bretonne s'en mêle,
on peut aussi supposer
que Merlin aurait bâti cette voie
en déversant des millions de cailloux afin de rejoindre la fée Viviane...

IMG_6346 IMG_6391IMG_6354 IMG_6387

Chaussée de simples mocassins souples, j'ai senti tout au long de la marche
la rudesse des galets. Etant peu adepte du sport et de la panoplie
y afférente, je ne possède pas de chaussures ad hoc. Grave erreur...
Mais lorsque l'on parvient enfin au bout du bout du sillon,
et que l'on se fait son nid en creusant dans ces jolis cailloux ronds,
et que l'on regarde l'infini, avec juste le chuchotis des vagues mourantes
et le pépiement des sternes, on se sent paradoxalement très fort
et bien peu de chose. Mais serein.

 IMG_6382

La vue aérienne ainsi que la carte ci-dessous vous permettent
de mieux situer l'endroit :

 rnr182_bandeau_vue_aerienne_du_sillon_de_talbert_j_houron
{photo ©J.Houron sur le site de la presqu'ile de Lézardrieux}

 7128eeae4941e5bc8a18b1ec3bf2f799f691d974892f01236c8896d89a7c8e39_624x210
{© contributeurs OpenStreetMap et Université d'Heidelberg}

J'ai failli oublier ce bel après-midi passé dans le domaine de la Roche Jagu,
son château médiéval et ses surprenants jardins. Peu de photos à poster
car la lumière était telle qu'elles sont pratiquement toutes surexposées...

IMG_5716 IMG_5728IMG_5713 IMG_5682IMG_5726 IMG_5674

{des mange-debout romantiques ou quand le salon descend au jardin...;
les attrape-rêves géants de Corinne Cuénot;
AF : on a supposé qu'il s'agissait d'Anatole France, mais sans garantie]

Il y avait ce jour-là un concert de musique baroque en plein champ.
Tandis que les premiers arrivés, pensant prendre les meilleures places,
cuisaient au soleil sur les gradins face à l'orchestre, je savourais,
allongée dans l'herbe sous un noisetier, les notes magiques du théorbe,
du cistre et de la viole de gambe, les yeux dans le bleu du ciel.

IMG_5710

{on rencontre de drôles de personnages dans ces jardins, tels ces malandrins
à l'origine de la création de la fameuse Eau des quatre voleurs}

Jour 6 : Le Char à bancs, ou comment faire d'une ferme familiale
un domaine naturel, doté d'un restaurant où les fidèles se pressent
pour déguster la fameuse potée. Sans moi naturellement.

IMG_6491

IMG_6444 IMG_6509IMG_6459 IMG_6469IMG_6525 IMG_6633IMG_6561 IMG_6524

Je me demande d'ailleurs comment on peut se pourlécher les babines
en surveillant la cuisson de ladite potée dans un énome chaudron suspendu
dans la cheminée (remarquable et monumentale) après avoir caressé
et fait des guili-guili aux bébés cochons qui ce jour-là
se prélassaient au soleil dans l'innocence de leur jeune âge.
Voilà pour la parenthèse végé.

 IMG_6490 IMG_6502 IMG_6501 IMG_6527

  Sinon, eh bien c'est un remarquable endroit, préservé, calme, gazouillant,
fleuri, apaisant. La boutique regorge de jolies choses, mêlant neuf et ancien.
Un peu moins de made in China aurait été souhaitable.

IMG_6499 IMG_6529IMG_6451 IMG_6536

En revanche, mille fois oui aux belles confitures de rhubarbe,
au cidres et jus de pommes maison, au coin lecture, aux très honnêtes
galettes (qu'il a fallu composer soi-même car aucune proposition
végétarienne à la carte) et au délicieux "tiramisu breton",
avec deux cuillers, il ne faut rien exagérer ;-)

 IMG_6526 IMG_6638 IMG_6447 IMG_6464

IMG_6442

Dernier jour : Saint-Malo. Adieu Côtes d'Armor, bonjour Ille et Vilaine.
La ville close, évidemment, nous la connaissions déjà, aussi n'avons-nous
pas pris le temps de monter sur les remparts. Juste envie d'errer
dans les rues, faire nos derniers achats de petits souvenirs,
prendre un verre en terrasse.

IMG_6540 IMG_6545

Fuyant les brasseries hurlantes de Brittaniques très en forme,
les crêperies bondées, nous avons échoué dans un mignon restau-brocante
au décor inclassable et au service amical. Notre table était celle
d'une ancienne machine à coudre, et je n'ai pas pu résister au plaisir
d'actionner le pédalier entre deux plats, comme je le faisais sur
celui de la Singer de ma grand-mère !

IMG_6551 IMG_6579IMG_6607 IMG_6560

{Potage et cheesecake Cargo Culte; le tampon petits Bretons et la carte artichaut
viennent de chez Ker Olam}

Sinon, ah oui, c'était très bon ! Un velouté de champignons,
une belle salade végétarienne inventive, pas trois rondelles de concombre
qui se battent en duel avec deux batonnets de carottes, non,
mais des pois gourmands, des tomates confites, des noix, de l'alfalfa,
de jeunes poireaux, des lanières de galettes de sarrasin, des pommes-fruits,
des raisins, puis pour finir, un cheese-cake (avec deux cuillers!)

IMG_6635 IMG_6636

Je crois que cette fois il est temps de rentrer.
Vous connaissez le périph de la Porte d'Orléans ?
C'est ce qu'il y a de plus laid au monde, et c'est hélas ce qui
nous attendait, après tant d'ordre et de beauté, de luxe, de calme
et de volupté qui rythmèrent ces belles vacances au Pays des Légendes.

Si cela vous intéresse, vous trouverez ci-dessous les lieux visités
et les adresses à partager (cliquer sur le nom)

Abbaye de Beauport

Château de la Roche Jagu

Jardins de Kerdalo

Le char à bancs

Le sillon de Talbert

Bréhat

Crêperie Les Alizés à Paimpol

Restaurant l'Islandais à Paimpol

Crêperie des Halles à Tréguier

Restau-brocante Cargo Culte à Saint-Malo

Boutique Ker Olam à Saint-Malo

La Maison du sarrasin à Saint-Malo

La Maison du beurre à Saint-Malo

La Maison Générale à Saint-Malo (déco)