Un second billet me semblait nécessaire pour compléter mes impressions
évoquées sur le premier. De "sauvage" on est passé à "très sauvage",
particulièrement ce jour-là, à cet endroit-là, lorsque la tempête
de sable a balayé avec une violence inouïe les dunes de Carteret.

IMG_5216

IMG_5222

{Barneville-Carteret}

 J'ai pris la plupart des photos agrippée à mon téléphone, les cheveux tissés
de sable dans les yeux, ne voyant même plus ma progression sur le chemin.
Passée de l'autre côté, le vent tout à coup s'étant un peu calmé et le bleu
du ciel ayant fait quelques percées dans le gris, j'ai pu enfin admirer
l'immense plage de la Potinière déserte, à l'exception d'un toutou sprinter,
et d'un adepte du kit surf très téméraire.

IMG_5235 IMG_5217IMG_5211 IMG_5236IMG_5238 IMG_5108

 Les petites cabines bleues et blanches, si typiques des plages du nord,
semblaient attendre au garde à vous
l'été prochain, tandis que je repartais
vers de nouvelles aventures manchoises, non sans avoir écumé les boutiques
de vêtements adaptés à la région, et craqué pour une sorte de parka
chic à capuche, moëlleuse comme un doudou, afin de remplacer mes frusques
urbaines,un peu ridicules et décalées pour crapahuter dans les dunes.

IMG_5151

On ne vient pas dans le Cotentin sans voir Cherbourg. Après avoir chantonné
(faux) "non je ne pourrai jamais vivre sans toiiii" tout le long
de la route
qui nous y menait, la visite de la Manufacture des célèbres
parapluies
s'imposait. Un peu déçue par le peu d'archives sur son histoire,
mais réconfortée par le thé gracieusement offert dans un joli mug
aux armoiries de la manufacture, et pensive devant le coût de ces 
ombrelles mythiques : les prix peuvent s'envoler jusqu'à 1000 euros !

IMG_5147 IMG_5149IMG_5158 IMG_5152

{j'aurais bien craqué pour un parapluie, mais je les perds tous !
en revanche je n'ai pas hésité à craquer pour le cake au citron}

Passage obligé ensuite au Café Pompon pour déguster leur célèbre cake au citron,
petit nuage acidulé qui fond dans la bouche... le défilé de gourmands venus 
récupérer leur commande et repartir les bras chargés a confirmé notre avis.

IMG_4862

IMG_4832

{touchante pancarte peinte avec une main hésitante pour un notable du cru !}

IMG_4784

{détail de la boutique épicerie où l'on trouve la fameuse brioche du Vast :
un vrai petit musée brocante !}

IMG_4785 IMG_4776

Catherine, ma guide virtuelle, m'avait parlé de ce drôle de magasin,
qui ressemble à un alignement de boutiques à l'ancienne. Un reportage sur
la Maison France 5 ayant aussi aiguisé ma curiosité, j'ai pris la direction
de Sortosville (oui, tout se termine en "ville" ici...)

IMG_5263

Il s'agit en fait d'une très ancienne biscuiterie, la maison Burnouf
qu'un des héritiers fou de brocante a décidé de faire renaître en créant
un concept amusant de biscuiterie-épicerie fine-antiquités. On y déambule
comme dans un décor de théâtre, c'est parfois un peu too much, mais
sympathique, et le salon de thé à la déco style "vieille anglaise de Brighton" 
s'avère incroyablement chaleureux tandis que dehors la tempête s'entête.

IMG_5258 IMG_5261IMG_5265 IMG_5260

{la maison du biscuit à Sortosville}

En rentrant fourbues au gîte, quelle belle surprise nous avons eu de découvrir
ces superbes poireaux discrètement déposés par notre propriétaire, issus de
son propre jardin ! Lesquels seront immédiatement convertis en potage, à savourer
au coin du feu, puis en tarte, puis tout simplement en vinaigrette, coiffés
d'oeufs mimosa et accompagnés de pain grillé aux graines de lin, 
lesquels proviennent tous deux de chez Flavie de Longcamp,
autoproclamée "paysanne-boulangère" à Quettehou.

IMG_4929 IMG_4924

{les poireaux avant transformation : 7 ont bien voulu poser, mais en fait il y en avait 12 !
la cheminée, le rêve de la parisienne-au-radiateur}


Cette mise au vert fut un vrai festival de plaisirs. Lorsque l'on vit dans
une grande ville, on en apprécie d'autant plus les bienfaits. C'est très banal
de le dire, mais même si, et depuis le temps que vous me suivez vous le savez
sans doute, je suis une irréductible citadine à qui il faut sans doute sa dose
de bruit, de pollution, de lumière, de culture, de nouveautés, avec un zeste
(mais un tout petit!) de bling, je n'aspire qu'à une chose dès que la dose
est dépassée : fuir, me rouler dans le foin, courir sur le sable, fouler
la rosée du pré, n'importe quoi qui ne serait ni pavé, ni asphalte, ni béton.

IMG_5346 IMG_5199IMG_4828 IMG_4794IMG_5440 IMG_5186

{souvenirs bleus d'une belle semaine loin de la ville} 

 * Encore merci à @cat_jardin_secret pour m'avoir chuchoté ces bonnes adresses !