Ayant noté plusieurs vide-greniers non loin de mon quartier,
j'avais chaussé mes sandalettes jaunes CLIC, mis 20€ en pièces
dans ma bourse, et foncé d'un pas alerte vers le premier,
situé le long du Parc Montsouris. Si celui-ci s'est avéré décevant,
en revanche la redécouverte des "villas", ces ruelles pavées 
perpendiculaires au Parc fut un délice.

20160626_154001 20160626_15404820160626_154033 20160626_154226

Heureux Parisiens qui vivez là, merci de ne pas nous fustiger
si nous stagnons un peu trop longtemps devant vos remarquables mosaïques,
vos porches fleuris, vos adorables fenestrons et vos marquises ouvragées...
(Cela ne risque pas de m'arriver, vu la banalité de mon propre immeuble !)

20160626_154142

Puis direction XIIIe arrondissement, en longeant les rails du RER,
dont j'ai trouvé la couleur des grilles très poétique,
et quasiment assortie à celle des volets d'une des premières
maisons du Quartier de la Butte aux Cailles.

20160626_161851 20160626_180222
20160626_180101 20160626_180649

La Butte aux Cailles fait partie de ces quartiers parisiens
encore confidentiels que l'on découvre avec enchantement sans les avoir cherchés.
Ancienne colline boisée, elle abritait autrefois de nombreux moulins à vent,
ainsi que des commerces utilisant l'eau de la Bièvre souterraine.
Longtemps resté dans son jus, le quartier s'est ouvert
à la convivialité décontractée générée par l'ouverture
de nombreux bars et restaurants hauts en couleur.

20160626_184147 20160410_16493520160702_170415 20160702_16560420160702_165803 20160702_170051

Provinciale en journée, voire légèrement assoupie,
cette Butte se réveille la plupart du temps lorsque le soleil descend
derrière l'église Sainte Anne, à l'heure de fermeture des bureaux.
Bistrots et gargotes deviennent alors le théâtre de belles libations.
Ce dimanche-là, je me suis contentée d'un petit café chez Nénesse
(tout un programme !)point stratégique d'observation de la foule qui défile
devant les étals des brocanteurs amateurs.

20160702_170025 20160626_18400320160702_180339 20160702_18090820160702_165548 20160702_17011920160626_184040 20160702_170219

Dans certaines rues, l'herbe pousse librement entre les pavés,
envahit la chaussée, les trottoirs...C'est la liberté, quoi !
Et n'oublions pas les grafitti, ceux célèbres de Miss Tic,
et d'autres plus...affirmatifs ! :-)

20160702_165735

Pour accéder à ce petit bout du monde, il faut emprunter une rue
qui n'est en fait qu'un escalier, la rue Eugène Atget, célèbre photographe
d'un Paris populaire au début du siècle dernier.
Puis déboucher sur le mignon square Brassaï, autre star de la photographie urbaine.

20160702_165220 20160626_18523820160626_184350 20160626_18455720160626_184419 20160702_165259

 Peu d'échoppes branchées dans ce petit bout d'un arrondissement longtemps
(et à tort) mal aimé. Mais avec un peu de chance, vous tomberez
sur la délicieuse et minuscule boutique de Sharon, La Clarière,
où elle propose une sélection d'objets d'autrefois choisis avec un soin infini,
ainsi que des pièces uniques brodées à la main.

20160702_174800 20160702_18040520160702_181040 20160702_174748

 Presqu'à côté, Marcel vend des meubles vintage, des vêtements seconde main,
des bijoux et des objets déco que l'on aime.

Je me demandais pourquoi cette tendresse particulière pour ce quartier,
lorsque l'on sait qu'en fait la capitale en regorge !
J'ai trouvé sans doute une réponse en débouchant Place Verlaine,
face à la statue du Sergent Jules Bobillot qui donna son nom à la rue :
c'est celui de mes 20 ans et de mes premiers pas à Paris...